Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

VMC hygroréglable ou hygrovariable ?

4 min de lecture

La VMC hygroréglable s'adapte aux besoins du logement, en fonction de la quantité d'humidité. Le système hygrovariable n'étant qu'une variante de la VMC autoréglable ne permet pas de faire les mêmes économies d'énergie. Malgré sa prise en compte du taux d'humidité, cette dernière reste effectivement allumée en permanence.

Le choix d'un bon système de ventilation mécanique contrôlée est absolument indispensable pour avoir de l'air sain dans un logement. Si le double flux semble s'être généralisé pour les nouvelles constructions, il faut aussi choisir sa technologie. Entre autoréglable, hygroréglable ou hygrovariable, la connaissance du fonctionnement de chacune est indispensable.

Le mode de fonctionnement des VMC hygroréglables ou hygrovariables

Comment fonctionne la VMC hygroréglable ?

On oppose généralement la ventilation hygroréglable à la ventilation autoréglable. Cette dernière fonctionne en permanence, pour assurer l'évacuation d'air vicié du logement. La VMC hygroréglable permet quant à elle de prendre en compte l'humidité réelle, grâce à des capteurs. Elle régule donc automatiquement la quantité d'air renouvelé, en fonction des besoins de l'habitation. Elle permet ainsi de faire des économies d'énergie, en ne restant pas en fonctionnement en permanence.

Cette adaptation sur-mesure à la quantité d'humidité de logement peut se faire exclusivement au niveau de l'évacuation de l'air. C'est ce qu'on appelle l’hygro type A. On peut aussi compter sur une VMC dont le flux s'adapte au niveau de l'entrée et de la sortie d'air. C'est ce qu'on appelle l’hygro type B.

Comment fonctionne la VMC hygrovariable ?

La VMC hygrovariable fonctionne exactement comme la VMC autoréglable. Elle s’actionne en permanence, pour renouveler l'air du logement. La différence réside dans la présence de capteurs d'humidité, qui lui permettent d'activer un mode accéléré, lorsque le besoin de ventilation est croissant.

Ici, on ne retrouve donc pas une adaptation sur-mesure, en fonction du taux d'humidité. Le système est simplement capable d'une bascule vers un seul mode de ventilation plus rapide. Il s'active par exemple quand quelqu'un prend une douche.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

Hygroréglable ou hygrovariable : laquelle offre le plus de confort ?

Sans surprise, c'est donc la VMC hygroréglable qui offre le plus de confort. Si la VMC hygrovariable est plus performante que la VMC autoréglable, grâce à cette possibilité de passer à une vitesse de ventilation plus importante, son efficacité est sans commune mesure avec l’hygroréglable.

Les différences de coût entre hygroréglable et hygrovariable

Les coûts d'installation des VMC hygroréglable ou hygrovariable sont généralement les mêmes. Ils dépendent davantage du choix du particulier entre VMC simple flux et VMC double flux. L'installation d'une VMC en double flux est plus coûteuse, puisqu'elle nécessite la mise en place de deux réseaux de gaines. L'entretien aussi répond aux mêmes règles, avec une opération plus complexe et donc plus coûteuse pour les systèmes en double flux, quelle que soit la technologie choisie.

Le coût d'installation est plus élevé pour une VMC double flux qu'une VMC simple flux de par sa complexité d'installation plus importante.