Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Comment tester une bouche hygroréglable ?

4 min de lecture

A la différence d’une ventilation mécanique contrôlée autoréglable, la VMC hygroréglable est plus compliquée à tester. Pour savoir si elle est fonctionnelle, placez une source de vapeur chaude en dessous de la bouche après avoir retiré la grille pour voir si au bout de quelques secondes, celle-ci s’active ou pas.

Comment vérifier que la bouche hygroréglable fonctionne ?

La principale technique pour vérifier si votre bouche hygroréglable fonctionne est celle de la source de chaleur. Celle-ci peut être diffusée à l’aide d’un fer à repasser en mode vapeur ou d’un sèche-cheveux, par exemple.

Veillez à retirer la grille de protection de la bouche hygroréglable puis à placer la source de chaleur en dessous. La vapeur d’eau du fer à repasser va augmenter l’humidité de l’air tandis que le sèche-cheveux va venir assécher l’air. Dans les deux cas, les capteurs internes pourront donc constater que le taux d’humidité augmente ou baisse au sein de votre logement. Quelques secondes après avoir fait ça, si votre bouche hygroréglable est fonctionnelle, celle-ci devrait se mettre en mouvement.

Quand faut-il changer les piles de votre VMC hygroréglable ?

La VMC hygroréglable fonctionne à l’aide de piles qu’il faudra changer environ tous les 2 ou 3 ans selon la qualité de votre VMC mais également l’utilisation que vous en faites. Le climat joue également un rôle important sur la durée de vie de votre installation.

Quels sont les avantages et inconvénients de la VMC hygroréglable ?

Avant d’opter pour ce type de ventilation, il est intéressant de connaître les divers avantages et inconvénients.

Les avantages de la VMC hygroréglable

Le système de ventilation hygroréglable garantit une évacuation de l’air et son renouvellement de manière rapide et constante. Les capteurs lui permettent de s’adapter à vos besoins en mesurant le taux d’humidité de l’air de manière automatique. Le fait qu’il soit autonome évite les risques d’odeurs et de condensation ce qui vous garantit un logement sain. En outre, l’automatisation évitera les déperditions énergétiques.

Les capteurs de la VMC hygroréglable détecte l'humidité dans une pièce et adapte le renouvellement de l'air.

Les inconvénients de la VMC hygroréglable

La VMC hygroréglable a comme principal inconvénient le risque de surchauffe en cas de fortes chaleurs. De la même manière, elle pourra générer de gros courants d’air si les capteurs détectent un taux d’humidité insuffisamment important.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

Est-ce dangereux de boucher l’entrée hygroréglable d’une VMC ?

Étant donné que le système de la VMC repose sur sa propre prise d’air externe, si vous bouchez les entrées d’air, vous pouvez empêcher le renouvellement de l’air et ainsi favoriser l’accumulation d’air vicié, nocif pour votre santé. En outre, une mauvaise ventilation de votre logement pourra participer à l’accumulation d’humidité et abîmer votre intérieur.

Combien coûte la VMC hygroréglable ?

Le prix de votre VMC hygroréglable dépendra surtout du modèle choisi. En effet, si vous optez pour un modèle avec un simple flux, il faudra prévoir entre 700 et 1 200 euros tandis que pour un modèle à double flux, le prix est aux alentours de 2 000 euros.

Quelle est la durée de vie d’une VMC hygroréglable ?

Outre l’entretien et le changement des piles qui peuvent intervenir tous les 2-3 ans, la durée de vie de votre VMC dépendra essentiellement de la marque et du fabricant mais il faut compter généralement entre 10 et 20 ans.