Une région, un territoire : le Grand Est

Des identités alliées pour la transition énergétique

Fusion de trois régions à l’identité historique comme à l’indépendance fortes qu’étaient l’Alsace, la Champagne-Ardenne et de la Lorraine, le Grand Est regroupe désormais 10 départements et pas moins de 8,4 % de la population métropolitaine française. Une telle superficie implique des forts enjeux de gouvernance, mais également de transition énergétique pour la 4ème région de France.

Développer l’économie locale (champagne, luxe, cristallerie, métiers du cuir, etc.), les mobilités vertes mais aussi réhabiliter le bâti sont autant d’enjeux forts que la région a pris à bras le corps. Sur ce dernier point, le territoire se distingue d’ores et déjà depuis 2014, en ayant contribué jusqu’à 20 % au volume de CEE délivrés au niveau national. Développer sa souveraineté énergétique tout en favorisant l’appropriation et la collaboration des territoires est l’un des enjeux phares de la région Grand Est. Découvrons comment elle répond à ces enjeux de transition énergétique en France.

Logements économes

8ème sur 13 régions de France

17 %

Sociétés du bâtiment

5ème sur 13 régions de France

6 %

Primes CEE (2015-2019)

1ère sur 13 régions de France

1Md €

Le top du territoire

Typologie de communes

91 %

de communes rurales (moins de 2 000 habitants)

01

Région à énergie positive et bas carbone en 2050 : la transition énergétique dans le Grand Est

01

Région à énergie positive et bas carbone en 2050 : la transition énergétique dans le Grand Est

Une planification énergétique maîtrisée

Le Grand Est compte parmi les régions ayant fortement structuré leur politique de transition énergétique, notamment à travers son programme Climaxion en partenariat avec l’ADEME.

Le programme Climaxion comprend 4 volets dont l’efficacité énergétique et environnementale des bâtiments, passant par une sensibilisation autour des enjeux de la rénovation BBC ou du soutien aux projets de rénovation performants. Les énergies renouvelables (biomasse, géothermie, solaire thermique, hydroélectricité etc.) sont bien évidemment aussi concernées dans une logique de planification énergétique long terme conduisant à un urbanisme plus durable.

En 2022, la région a également dégagé 3,5 milliards d’euros de budget global, dédié entre autres à une démarche d’évaluation “Climat”. Celle-ci est destinée à quantifier les émissions carbone du territoire et à produire des indicateurs permettant d’améliorer son impact énergétique global. Le budget alloué permet aussi de renforcer le soutien de la région à ses différents territoires et de les aider à renforcer leur appropriation de la transition environnementale.

La région Grand-Est est également l’une des meilleures élèves en matière de volumes de CEE délivrés en France et l’une de celles à être pourvue d’un excellent maillage d’espaces France Rénov ! 42 guichets se trouvent au total sur le territoire soit beaucoup plus que les autres régions françaises rapportées à une superficie similaire. Ces guichets sont et seront d’une aide précieuse aux particuliers mais aussi aux professionnels dans leur démarche de rénovation énergétique.

Faire de la transition énergétique une priorité transversale des contrats de territoires notamment dans le secteur du bâtiment est un souhait affirmé par la région ; c’est aussi une priorité.

01

Région à énergie positive et bas carbone en 2050 : la transition énergétique dans le Grand Est

Le Grand Est, bon élève des CEE ?

Située en zone froide (H1) et assez enclavée à distance des mers et océans, la région Grand Est fera partie des territoires français soumis en premier aux conséquences du réchauffement climatique sur les prochaines années (canicules notamment). Dans ce contexte, accélérer la réhabilitation du parc immobilier pour accroître sa résilience apparaît d’autant plus crucial.

Bonne nouvelle ! Le Grand Est est à l’heure actuelle l’un des meilleurs élèves en matière de transition énergétique liée aux CEE. Si la superficie de cette région y est pour quelque chose (près de 10,5 % de la superficie française), la contribution à l’effort national est bien au-delà des attentes initiales liées à sa superficie : entre 11 et 20 % des volumes français, une part continuant d’augmenter aujourd'hui.

Région majoritairement résidentielle et rurale, le Grand Est délivre pas moins de 81 % de CEE pour des travaux dans le résidentiel, contre environ 60 % à l’échelle nationale). 12 % seulement concernent des bâtiments industriels.

The chart REGION_CEE_EVOLUTION_CEE_TYPE_TW has not been created yet.

01

Région à énergie positive et bas carbone en 2050 : la transition énergétique dans le Grand Est

Travaux éligibles aux CEE : des professionnels RGE qualifiés

Dans le Grand Est, région climatique froide, les problématiques de rénovation énergétique sont nombreuses et la présence de professionnels Reconnus Garants de l'Environnement est indispensable pour décupler les chantiers liés aux CEE. Sur l’ensemble de la région, on compte 5 300 sociétés labellisées (110 métiers au total), dont 49 % qualifiées pour l’isolation de la toiture (l’un des chantiers les plus impactants).

Sans surprise, ces sociétés sont avant tout implantées dans les départements les plus peuplés et les plus urbains, une répartition qui suit presque exactement celles du nombre d’habitants et de logements.

Contrairement aux excellents résultats de la région en matière de CEE délivrés, on constate que les professionnels RGE de la région sont eux, en pourcentage correct mais certainement pas démesuré. Ceux-ci ne sont pas plus présents dans les départements porteurs de CEE que dans les autres, par exemple.

Heureusement, favoriser et soutenir la montée en compétences des professionnels du bâtiment en matière de rénovation énergétique est l’un des axes mis en avant par la région dans son programme Climaxion. De plus en plus de professionnels entament leur processus de labellisation chaque jour, la tendance est favorable.

The chart DEPARTEMENT_PROFESSIONNEL_NOMBRE_PRO has not been created yet.

01

Région à énergie positive et bas carbone en 2050 : la transition énergétique dans le Grand Est

Energies renouvelables : la biomasse individuelle à l'honneur dans le Grand Est

A travers son programme Climaxion, le Grand Est met également les énergies renouvelables à l’honneur.

D’ores et déjà, la morphologie du territoire du Grand Est lui permet d’être parmi les meilleurs en matière de biomasse individuelle et collective. Près de 80 % du territoire est effectivement dédié à l’agriculture et à la forêt !

Résultat : à ce jour, le bois-énergie est utilisé par 22 % des ménages soit un foyer sur cinq dans le Grand Est.

Ce signal est d'autant plus à mettre en valeur du fait de l’équilibre entre le bois énergie et le bois d’œuvre. A titre de comparaison, la région Auvergne-Rhône-Alpes est autosuffisante à 31 % en bois, mais c’est bien le bois d’œuvre et non le bois-énergie qui y représente les ¾ de la récolte.

A contrario sur les 7 millions de m³ récoltés par an dans le Grand Est, on compte 25 % de bois énergie et seulement 42 % de bois d’œuvre, un ratio plus équilibré et un meilleur indicateur du développement du renouvelable dans la région.

énergies renouvelables grand est

02

Immobilier dans le Grand Est : un dynamisme maîtrisé

02

Immobilier dans le Grand Est : un dynamisme maîtrisé

Une région à dominante de maisons

La région Grand Est compte plus de 2 800 000 logements, dont 3,6 % sont des résidences secondaires et 9,4 % des logements vacants.

Nulle surprise ici : le Grand Est est l’une des régions comportant le plus de communes de France du fait de sa superficie, 5 121 exactement. Cependant, 91 % d’entre elles sont rurales et comptent moins de 2 000 habitants !

Le marché immobilier y est moins tendu, le foncier plus disponible et la superficie moyenne des biens plus importante. Ainsi en toute logique, le bien majoritairement représenté dans la région est la maison, dans 9 départements sur 10 hormis le Bas-Rhin (porté par Strasbourg, préfecture de la région).

Pour les mêmes raisons démographiques, les pourcentages de propriétaires occupants comme de résidences principales sont ici supérieurs à la moyenne nationale :

  • 59 % de propriétaires occupants contre 57,5 % en France

  • 87 % de résidences principales contre 82,1 % en France

En termes de volume global de logements, la proportion d’appartements et de maisons est plus homogène que dans d’autres régions comme le Centre-Val de Loire par exemple, avec 56,2 % de maisons “seulement”, une tendance que l’on peut expliquer par la dynamique immobilière du neuf et du collectif dans l’aura des métropoles et grandes agglomérations : Strasbourg, Nancy, Reims.

En l’état actuel des choses, l’appartement continue de gagner du terrain, du moins en proportion, surtout dans l’est du territoire.

The chart DEPARTEMENT_LOGEMENT_LOGEMENT_MAJORITAIRE has not been created yet.

The chart REGION_LOGEMENT_TYPE_RESIDENCE has not been created yet.

02

Immobilier dans le Grand Est : un dynamisme maîtrisé

Un parc immobilier à réhabiliter, des chantiers bien engagés

Nature des DPE réalisés en région Grand Est

The chart REGION_DPE_TYPE_TRANSACTION has not been created yet.

The chart REGION_DPE_TYPE_BIEN has not been created yet.

Dans le Grand Est, on recense environ 580 000 DPE avant le 1er juillet 2021.

Et, malgré le fait que les maisons soient plus représentées en Grand Est, les DPE réalisés le sont principalement pour des appartements, dans un contexte de vente immobilière (à 59 %).

L’appartement est effectivement plus souvent en location et davantage soumis à de l’achat/revente. La maison, surtout lorsqu’elle se trouve en zone rurale, est quant à elle généralement habitée plus longtemps et moins fréquemment soumise à DPE.

02

Immobilier dans le Grand Est : un dynamisme maîtrisé

Un marché immobilier fracturé, de nettes disparités

The chart REGION_DVF_TYPE_BIEN_ANNEE has not been created yet.

Actuellement dans le Grand Est, seulement 18 % des transactions immobilières concernent des appartements, contre 40 % de maisons et 42 % de terrains.

Depuis 2014, on compte plus de 305 500 biens immobiliers vendus dans le Grand Est (maison, appartement ou terrain, hors Alsace et Moselle).

Malheureusement, du fait du manque de données françaises sur les transactions immobilières dans l’ancienne région Alsace et la Moselle, nous analyserons ici les données relatives aux autres départements de la région.

Nous supposerons toutefois qu’à l’instar de tous les autres départements français, le Haut-Rhin, le Bas-Rhin et la Moselle (plus urbains, jeunes et attractifs mais aussi 51 % des logements de la région) drainent une majorité de ces transactions !

On supposera également que la part d’appartements vendus est en réalité bien plus élevée que dans les chiffres ci-contre, ce bien étant majoritaire notamment dans le Bas-Rhin.

En Grand Est, le prix au m² est avant tout porté par les appartements en 2021, bien qu'il n'existe qu'une faible amplitude entre les différents types de biens immobiliers.

02

Immobilier dans le Grand Est : un dynamisme maîtrisé

Des prix de l'immobilier attractifs, dont la hausse est mesurée

En 2021 en région Grand Est, il fallait compter :

La crise de la Covid-19 a légèrement décuplé l’attractivité des biens de la région : bien que les prix soient généralement stables depuis 2014, les appartements ont subi 7 % d’inflation et les maisons près de 10 % entre 2019 et 2021.

Quant aux terrains, ils apparaissent en proportion majoritaire dans les transactions des 8 dernières années, hormis sur l’année 2020 correspondant aux débuts de la crise de la Covid-19. Il fallait compter 52 €/m² pour acquérir un terrain dans la région en 2021, un prix stable depuis 2014.

Rappelons que les chiffres ci-dessus sont sans doute sous-estimés, du fait du manque de données immobilières disponibles pour Strasbourg.

The chart DEPARTEMENT_DVF_PRIX_M2_2020 has not been created yet.

Votre logement fait partie des 14 % de passoires énergétiques du Grand Est ?

Réduisez vos factures à moindre coût grâce aux aides de l'Etat

Vous souhaitez rénover votre logement sans vous ruiner ?

Estimez le montant réel de votre chantier dans le Grand Est

03

Qui vit dans le Grand Est ?

03

Qui vit dans le Grand Est ?

Une population hétéroclite

Du fait de sa taille et de ses 10 départements, la région Grand Est regroupe près de 8,4 % de la population métropolitaine soit 5 550 000 habitants : les disparités naturelles existent donc entre départements et celles constatées à l’échelle du marché immobilier ou des logements sont similaires aux altérités démographiques.

Les quatre départements de l’est (Haut-Rhin, Bas-Rhin, Moselle et Meurthe-et-Moselle), plus urbains, sont également plus attractifs pour les habitants qui s’y concentrent à près de 66 %. Ils représentent pourtant moins de la moitié du territoire !

En région Grand Est, on constate également que le solde migratoire est négatif. Le solde naturel, plus élevé permet quant à lui à la région de se stabiliser. Là encore, tous les départements du Grand Est ne disposent pas de la même attractivité ou du même profil de ménages. Les départements les plus urbains que sont l’Aube, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin ou la Meurthe-et-Moselle enregistrent une croissance démographique là où les autres départements perdent des habitants. La population a effectivement tendance à se concentrer autour des grandes villes : Nancy, Strasbourg, Colmar et Troyes.

The chart DEPARTEMENT_MENAGE_NB_HABITANT has not been created yet.

04

La morphologie du territoire : Grand Est

04

La morphologie des territoires : Grand Est

Une diversité naturelle très appréciable

Au cœur de la France, la région Grand Est est si vaste qu’elle est concernée par 3 climats (montagnard, océanique dégradé et continental) ainsi qu’une diversité naturelle à faire pâlir. Trois bassins hydrographiques, des plaines et des forêts, six parcs naturels régionaux... Ici, pas moins de 33 % du territoire est forestier ou montagneux et 20 % se situe en trame verte et bleue.

region grand est

04

La morphologie des territoires : Grand Est

Une morphologie territoriale à la source de grands enjeux de réhabilitation

Quant à la richesse architecturale de la région, celle-ci est également appréciable. On recense ici huit sites classés au patrimoine mondiale de l'UNESCO à l'instar de la Cathédrale de Reims, des églises du chemin de Saint Jacques de Compostelle, ou encore des fortifications de Vauban. Aussi, 4 581 immeubles sont protégés au titre des monuments historiques, notamment dans le Bas-Rhin, le Haut-Rhin et la Meurthe-et-Moselle.

Mais, du fait de ce patrimoine entre autres, les enjeux liés au bâtiment et à son efficacité énergétique sont nombreux ! Le territoire est effectivement (et dans son intégralité) rattaché à la zone climatique H1 et le faible nombre de points d’eau comme de rivières ou lacs naturels en font une zone géographique sujette aux fortes chaleurs. C’est d’autant plus vrai que l’altitude y est relativement basse...

Comme abordé, la région a fort heureusement mis en place un grand nombre d’actions liées à la rénovation énergétique de ses bâtiments, résidentiels comme tertiaires, agricoles et industriels.

Et, là où des disparités régionales assez fortes subsistent encore (démographie, immobilier etc.), l’ensemble des territoires sont animés d’une même volonté d’indépendance énergétique et d’urbanisme durable.

Chapotés par la région, ces départements affirment leur engagement via des réalisations très concrètes et ont sans conteste pris le chemin du zéro carbone 2050.

The chart DEPARTEMENT_MONUMENT_HISTORIQUE has not been created yet.

Votre logement fait partie des 14 % de passoires énergétiques du Grand Est ?

Réduisez vos factures à moindre coût grâce aux aides de l'Etat

Vous souhaitez rénover votre logement sans vous ruiner ?

Estimez le montant réel de votre chantier dans le Grand Est