Une région, un territoire : l'Auvergne-Rhône-Alpes

L’exemplarité énergétique d’une région tout en contrastes

L’Auvergne-Rhône-Alpes est une région riche : de nature, de culture, d’identité, de tourisme... de contrastes, aussi. Cette hétérogénéité est notamment le fruit de sa morphologie (massifs montagneux, vastes réseaux hydrographiques) et de sa taille (13 % de toute la France), lesquelles impliquent de très fortes disparités départementales et un panel de problématiques de transition énergétique.

Mais là où cette région se distingue, c’est dans sa capacité à prendre ces problématiques à bras le corps, non seulement dans le champ de ses métropoles Lyon et Grenoble, mais aussi sur l’ensemble de son territoire.

Réellement prometteuse, l’Auvergne-Rhône-Alpes se caractérise depuis déjà plusieurs années par des actions environnementales fortes et par une vraie cohésion territoriale, allant au-delà des disparités constatées. Elle constitue aujourd’hui l’une des régions à la meilleure qualité de vie, attirant d’ailleurs près de 2 % de nouveaux habitants chaque année, soit un pourcentage bien supérieur à la moyenne nationale inférieure à 1 %.

Comment la région se positionne-t-elle en matière de transition énergétique en France ?

Logements économes

6ème sur 13 régions de France

19 %

Sociétés du bâtiment

9ème sur 13 régions de France

5 %

Prime CEE (2015-2019)

2ème sur 13 régions de France

1Md €

Le top du territoire

Transition énergétique

56 %

de la population inclue à l'effort TEPOS-CV

01

Transition énergétique en Auvergne-Rhône-Alpes : l’autonomie énergétique dans le viseur

01

Transition énergétique en Auvergne-Rhône-Alpes : l’autonomie énergétique dans le viseur

L’Auvergne-Rhône-Alpes : un territoire à énergie positive pour la croissance verte

Selon les chiffres de la DREAL, on estime que 56 % de la population d’Auvergne-Rhône-Alpes est inclue à l'effort TEPOS-CV, dans le but de converger vers une autonomie énergétique en 2050. On parle de 2 110 communes et de 4 507 000 habitants.

Là où d’autres régions peinent à implémenter des leviers de croissance verte, l’Auvergne-Rhône-Alpes elle, a d’ores et déjà bien structuré sa stratégie globale de transition énergétique.

Elle se définit comme un TEPOS-CV, un territoire réellement proactif en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Ces territoires aux actions complémentaires et exemplaires autour de la transition énergétique sont accompagnés et soutenus par la région sur un socle assez large : bâtiment, mobilité, énergies renouvelables etc.

Et, si les objectifs sont clairs, les indicateurs de suivis le sont tout autant : nombre de m² de bâtiments publics/privés rénovés, nombre de chaudières fioul remplacées, nombre de projets de géothermie engagés ou de GWh produits à partir de la ressource bois local etc.

C’est cet engagement, traduit à travers un programme global structuré et durable, qui fait l’excellence de la région en matière de transition énergétique.

Faire de la transition énergétique une priorité transversale des contrats de territoires notamment dans le secteur du bâtiment est un souhait affirmé par la région ; c’est aussi une priorité.

01

Transition énergétique en Auvergne-Rhône-Alpes : l’autonomie énergétique dans le viseur

Les CEE en Auvergne-Rhône-Alpes : une participation à l’effort national largement atteinte

En Auvergne-Rhône-Alpes, le déploiement d’une stratégie de transition énergétique va de pair avec l’accompagnement du particulier ou du professionnel. Pour cela, la région mise sur un maillage d’espaces France Renov. 19 sont répartis sur le territoire, une couverture appréciable mais malgré tout relativement faible si on la compare avec celle des Hauts-de-France ou du Grand-Est, en comptabilisant plus de 40...

Quoi qu’il en soit, la région injecte près d’1,5 millions d’euros annuels dans des plateformes locales d’aides à la rénovation énergétique. Ces dernières, propres aux territoires, indemnisent jusqu’à 10 000 chantiers par an. C’est sans compter sur les CEE.

En Auvergne-Rhône-Alpes, ce sont 350 millions d’euros de primes reversées par an, soit 14 % du volume de CEE déclaré à l’échelle nationale. Au total depuis 2015, 1 milliard d’euros ont été reversés par la région. Ce volume est en constante augmentation depuis 2015 pour les ménages précaires et depuis 2016 pour les autres ménages.

The chart REGION_CEE_EVOLUTION_CEE_TYPE_TW has not been created yet.

01

Transition énergétique en Auvergne-Rhône-Alpes : l’autonomie énergétique dans le viseur

Travaux de rénovation énergétique et professionnels Reconnus Garants de l'Environnement

Pour faire écho aux observations liées aux CEE, on constate que là où seulement une entreprise RGE sur 3 est qualifiée en travaux de chauffage, ventilation ou climatisation dans la région, plus de la moitié sont spécialisées en isolation intérieure et en isolation des toits !

On compte au total 7 600 entreprises labellisées RGE dans la région, soit environ 5 % des 171 000 sociétés du secteur du bâtiment. Celles-ci sont bien sûr majoritaires dans les départements les plus peuplés à savoir le Rhône, l’Isère et la Loire.

The chart REGION_PROFESSIONNEL_NOMBRE_PRO_METIER has not been created yet.

01

Transition énergétique en Auvergne-Rhône-Alpes : l’autonomie énergétique dans le viseur

En Auvergne-Rhône-Alpes, l’indépendance énergétique passe par le développement du bois

Du fait de ses nombreux massifs montagneux et de son relief typique, l’Auvergne-Rhône-Alpes est la deuxième région métropolitaine en termes de surface forestière (37 % de son territoire) et la première région pour ce qui des emplois de la filière bois.

Le développement de cette filière est en tout point central pour la région, qui est d’ores et déjà autosuffisante à 31 % dans sa consommation de stère de bois.

Malheureusement sur le total des récoltes, c’est bel et bien le bois d’œuvre qui est majoritaire dans tous les départements, loin devant le bois d’industrie et le bois énergie (utilisé pour le chauffage par biomasse).

C’est en Isère que l’écart est le moins creusé : 199 milliers de m³ de bois énergie contre 225 de bois d’œuvre.

Quant à la part des récoltes globales, le Puy de Dôme et son massif central portent largement la tendance avec 1 276 milliers de m3 : c’est deux fois plus que le deuxième département le plus producteur (la Haute-Loire avec 607 milliers de m3).

energies renouvelables auvergne rhone alpes

02

Dynamisme immobilier et état du parc en Auvergne-Rhône-Alpes

02

Dynamisme immobilier et état du parc en Auvergne-Rhône-Alpes

Une part importante d’appartements, liée aux nombreuses résidences secondaires

La région Auvergne-Rhône-Alpes compte 4 487 537 logements dont 79,7 % de résidences principales, un peu moins que la moyenne française située autour de 82,1 %. A contrario, les résidences secondaires sont plus nombreuses et - contrairement aux régions côtières comme la Bretagne où elles sont également nombreuses - celles de la région Auvergne-Rhône-Alpes sont avant tout des appartements ! En cause notamment, les très nombreuses locations de vacances situées dans les stations de ski, dans l’est de la région et les départements alpins.

Au total, 50 % de tous les appartements de la région sont des résidences secondaires.

Cela représente une part non négligeable, d’autant plus que la répartition maison/appartement est quasiment égale sur l’ensemble du territoire : 49,1 % d’appartements contre 49,9 % de maisons. C’est sans aucun doute ce qui fait la singularité de la région en matière de logements !

The chart DEPARTEMENT_LOGEMENT_LOGEMENT_MAJORITAIRE has not been created yet.

02

Dynamisme immobilier et état du parc en Auvergne-Rhône-Alpes

Etat des lieux de l'efficacité énergétique du parc en Auvergne-Rhône-Alpes

Passoires énergétiques et enjeux de réhabilitation : une disparité est/ouest là encore marquée

The chart REGION_LOGEMENT_LOGEMENT_PERIODE has not been created yet.

The chart REGION_DPE_CLASSE_ECONOME_MAISON has not been created yet.

Pour comprendre l’état du parc de logements de la région, il faut s’intéresser à la période de construction prédominante.

Pour les appartements, on compte presque autant de constructions entre 1946-1970 et entre 1971 et 1995, des pics correspondant en partie à l’avènement des résidences de sport d’hiver, notamment. Pour les maisons, la période prédominante est 1971-1995, suivie par la période pré-1919.

En grande partie, c’est la maison qui reste le bien à réhabiliter en priorité, avec près de 40 % de biens énergivores sur l’ensemble du parc.

Cela explique que l’on constate un plus fort taux de passoires énergétiques dans les départements plus ruraux de l’ouest et du sud comme le Cantal et la Savoie : 1 logement sur 4 y est une passoire énergétique !

02

Dynamisme immobilier et état du parc en Auvergne-Rhône-Alpes

Dynamique immobilière en Auvergne-Rhône-Alpes : une effervescence constante

The chart REGION_DVF_TYPE_BIEN_ANNEE has not been created yet.

Comment caractériser le dynamisme immobilier de la région, à la vue des informations dont nous disposons sur l’état global du parc ?

A l’image de la région tout entière, la dynamique immobilière est particulièrement constante marquée. Depuis 2014, la région Auvergne-Rhône-Alpes a enregistré 875 000 transactions immobilières liées à la vente, transactions qui ont certes diminué du fait de la Covid-19 mais qui restent plutôt élevées, tous types de biens confondus.

Sans surprise, l’appartement est le bien le plus concerné par les ventes immobilières à 36 % contre 29 % pour la maison et 35 % pour le terrain, une tendance globale relativement stable depuis 2014. Le nombre de DPE à la vente est d’ailleurs en très nette augmentation, surtout sur les appartements (rappelons-le, le bien le plus représenté dans la région).

On note toutefois que l’écart entre les différents biens reste assez faible, sans doute du fait des nombreux appartements en location dont les bailleurs conservent généralement la propriété plus longtemps... A la location, il y a fort à parier que l’écart global serait plus marqué.

Côté prix, c’est l’appartement qui domine le marché, avec un prix au m² de 3 138 € en 2021 contre 2 548 €/m² pour une maison et 134 €/m² pour un terrain.

02

Dynamisme immobilier et état du parc en Auvergne-Rhône-Alpes

Prix de l'immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Ces prix sont bien évidemment portés par les départements touristiques et très urbains : Rhône, Savoie et Haute-Savoie, plus concernés par une inflation relativement élevée sur les dernières années. Les départements les moins onéreux restent quant à eux l’Allier, le Cantal et la Haute-Loire.

Enfin, il est intéressant de noter qu’à la différence des autres régions françaises, les prix de l’immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes restent relativement élevés même sur les biens disposant d’un mauvais classement énergétique.

On enregistre une moins-value de seulement 6 % sur les maisons anciennes et de 4 % sur les appartements ! La plus-value, également, est relativement peu incitative pour le propriétaire d’un appartement ou d’une maison ancienne.

Ces pénalités sont les deuxièmes moins élevées de France après celles des biens parisiens, du fait d’une très bonne attractivité de la région. 

The chart DEPARTEMENT_DVF_PRIX_M2_2020 has not been created yet.

Votre logement fait partie des 13 % de passoires énergétiques en Auvergne-Rhône-Alpes ?

Réduisez vos factures à moindre coût grâce aux aides de l'Etat

Vous souhaitez rénover votre logement sans vous ruiner ?

Estimez le montant réel de votre chantier en Auvergne-Rhône-Alpes

03

Qui vit en Auvergne-Rhône-Alpes ?

03

Qui vit en Auvergne-Rhône-Alpes ?

Une population jeune, en constante augmentation

Le premier fait révélateur sur l’Auvergne-Rhône-Alpes, c’est sa croissance démographique constante depuis les années 60, positionnant la région comme la troisième plus peuplée en France avec 8 000 000 d’habitants (2020).

Majoritairement montagneuse et aux fortes contraintes géographiques, l’Auvergne-Rhône-Alpes continue pourtant d’attirer en masse une population jeune, si bien qu’elle compte aussi parmi les régions les plus jeunes d’Europe. La tranche de population prédominante est celle des 45-59 ans suivie des 30-44 ans.

  • ¼ de la population de la région a moins de 20 ans !

Un constat que l’on peut expliquer en partie par le dynamisme économique propre à la région. Il s’agit de la seconde région en termes d’emplois et plus de la moitié d’entre eux concerne le tourisme, un secteur d’activité avant tout porté par de jeunes salariés ou saisonniers.

La répartition de la population étaye d’ailleurs cette hypothèse avec 80 % répartie sur 20 % du territoire, dans le Rhône, l’Isère et la Haute-Savoie.

The chart DEPARTEMENT_MENAGE_NB_HABITANT has not been created yet.

04

Morphologie du territoire : l'Auvergne-Rhône-Alpes

04

Morphologie du territoire : l'Auvergne-Rhône-Alpes

L’Auvergne-Rhône-Alpes, un territoire hétérogène aux identités multiples

A l’instar de la Bourgogne-Franche-Comté, la région ARA compte un massif ancien et de nombreuses montagnes telles que les Alpes. Très concrètement, la région compte 67 % de surface montagneuse, concernant directement 33 % de la population et 6 communes sur 10. Tous les départements de la région ont une altitude moyenne supérieure à celle de la France !

Cette caractéristique en fait l’une des régions les plus touristiques de France en matière de sports d’hiver, les départements alpins comptabilisant à eux seuls plus de 50 % de la richesse touristique de la région (2/3 des emplois touristiques se situent en Savoie et Haute-Savoie).

La richesse naturelle de la région s’apprécie également à travers ses forêts (37 % du territoire), son fort réseau hydrographique (23 000 km de longueur) et ses parcs régionaux et nationaux : parc de la Vanoise, parc des Cévennes, etc.

04

Morphologie du territoire : l'Auvergne-Rhône-Alpes

Spécificités territoriales et historiques en Auvergne-Rhône-Alpes

La région Auvergne-Rhône-Alpes dispose également d'un patrimoine historique remarquable : 4 880 monuments historiques protégés, et 6 des 44 sites français inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO, à l'instar de la Cathédrale du Puy-en-Velay (Haute-Loire), de la grotte ornée du Pont d’Arc (Ardèche) ou encore des sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes (Savoie et Haute-Savoie).

Ce qui fait également l’une des grandes spécificités territoriales de la région, c’est la présence de 2 zones climatiques (H1 et H2) et de 4 climats différents : océanique à méditerranéen, en passant par montagnard. Pas étonnant, pour une région couvrant 13 % du territoire métropolitain. Mais ce que cela implique, ce sont des besoins très inégaux en matière de rénovation énergétique...

Fort heureusement, l’Auvergne-Rhône-Alpes est également l’une des (si ce n’est LA) régions les plus prometteuses en matière de transition énergétique ! La forte impulsion régionale est d’ores et déjà traduite de façon très concrète et transverse à travers les différents territoires qui la composent, et l’état du parc immobilier reste relativement appréciable malgré le caractère rural et montagneux de la région. Investir pour la réhabilitation du parc semble être depuis des années déjà, une priorité affirmée.

The chart DEPARTEMENT_MONUMENT_HISTORIQUE has not been created yet.

Votre logement fait partie des 13 % de passoires énergétiques en Auvergne-Rhône-Alpes ?

Réduisez vos factures à moindre coût grâce aux aides de l'Etat

Vous souhaitez rénover votre logement sans vous ruiner ?

Estimez le montant réel de votre chantier en Auvergne-Rhône-Alpes