Une région, un territoire : la Bourgogne-Franche-Comté

Entre habitat rural et joyaux architecturaux

Faire l’impasse sur les grands axes de la transition énergétique en France semblerait être une stratégie plus qu’hasardeuse pour la 5ème plus grande région de la Métropole. C’est d’autant plus illusoire que les enjeux - notamment dans le secteur du bâtiment - sont décuplés en Bourgogne-Franche-Comté.

Près d’un tiers du territoire régional se veut remarquable et/ou protégé : des joyaux tels que la Citadelle de Vauban ou l’Abbaye de Fontenay à l’aire d’influence développée côtoient un grand nombre de PSMV comme à Dijon ou à Besançon, les deux pôles urbains de la région. Le propre de ces zones est de préserver la richesse patrimoniale des sites qui le composent.

Mais comment y impulser une vraie dynamique de rénovation sans dénaturer l’existant ? Zoom sur un territoire tout en contrastes.

Logements économes

13ème sur 13 régions de France

14 %

Sociétés du bâtiment

2ème sur 13 régions de France

7 %

Primes CEE (2015-2019)

10ème sur 13 régions de France

464M €

Le top du territoire

Energies renouvelables

58 %

Des habitants se chauffent à l'aide de biomasse

01

Transition énergétique en Bourgogne-Franche-Comté : le contrat des territoires

01

Transition énergétique en Bourgogne-Franche-Comté : le contrat des territoires

Une impulsion régionale récente mais ambitieuse

Faire de la transition énergétique une priorité transversale des contrats de territoires notamment dans le secteur du bâtiment est un souhait affirmé par la région ; c’est aussi une priorité.

En construction, l’accent est depuis 2017 déjà mis sur l’efficience énergétique à travers une stratégie opérationnelle de transition énergétique : atteinte du niveau BBC (Bâtiment Basse Consommation) pour tous les logements neufs publics et sociaux, financement de projets répondant à un objectif de labellisation BEPOS, incitation à l’utilisation de matériaux biosourcés - l’idéal notamment pour valoriser le patrimoine forestier de la région.

En rénovation, et grâce à Ellilogis, le territoire peut se vanter d’avoir développé un véritable programme régional structuré et dédié à l’efficacité énergétique des bâtiments : financement régional (allant jusqu’à 9 000 € pour les ménages modestes ou 650 € pour un audit énergétique), simulation de gains travaux etc. Ellilogis intervient en complément d’un vaste réseau d’espaces France Rénov’ disséminés dans chaque département, 11 en tout.

Dans ce cadre, les 8 départements de la région et ses 116 intercommunalités constituent les véritables moteurs de la transition énergétique sur le territoire, aux côtés bien sûr, des particuliers et des entreprises.

Faire de la transition énergétique une priorité transversale des contrats de territoires notamment dans le secteur du bâtiment est un souhait affirmé par la région ; c’est aussi une priorité.

01

Transition énergétique en Bourgogne-Franche-Comté : le contrat des territoires

Transition énergétique dans le bâtiment : les CEE en Bourgogne-Franche-Comté entre 2015 et 2019

La forte impulsion régionale est notamment à l’origine d’une montée en puissance des CEE déclarés sur les dernières années, lesquels sont par exemple passés de 1,6 TWh de CEE précaires en 2015 à près de 14,8 TWh en 2019.

On l’observe aussi : l’écart entre les deux types de certificats a très nettement diminué en quatre ans, peut-être du fait des nombreuses campagnes gouvernementales à l‘égard des plus modestes.

The chart REGION_CEE_EVOLUTION_CEE_TYPE_TW has not been created yet.

01

Transition énergétique en Bourgogne-Franche-Comté : le contrat des territoires

Réaliser ses travaux RGE en Bourgogne-Franche-Comté

En Bourgogne-Franche-Comté, c’est l’isolation des combles qui est à l’origine du plus grand volume de CEE déclarés (6 départements sur 8) suivie de l’isolation du plancher bas. Logique, dans une région classée en zone climatique froide (H1 selon la RT 2020) et possédant entre autres un climat montagneux.

Notons que 50 % des entreprises RGE de la région sont compétentes en matière de couverture et donc également habilitées à réaliser l’isolation des combles. Il s’agit du troisième corps de métier le plus représenté.

On remarque que les entreprises compétentes en matière de toiture sont assez nombreuses dans le Doubs relativement à sa superficie. Concrètement, le nombre desdites entreprises y est supérieur à celui de l’Yonne alors même que le territoire est environ 30 % moins vaste (5 233 km² contre 7 427 km² dans l’Yonne). Avec le Jura, le Doubs constitue le département de Bourgogne-France-Comté le plus montagneux... La morphologie du territoire explique peut-être aussi que celui-ci n’ait contribué qu’à seulement 6 % des volumes de CEE déclarés à l’échelle nationale depuis 2017, malgré sa superficie...

The chart REGION_PROFESSIONNEL_NOMBRE_PRO_METIER has not been created yet.

01

Transition énergétique en Bourgogne-Franche-Comté : le contrat des territoires

Transition énergétique : développement du renouvelable à travers l’hydraulique et le bois

Enfin en Bourgogne-Franche-Comté, la transition énergétique passe également par le déploiement du renouvelable. Les milieux humides (lacs, rivières etc.) constituent 7,5 % de la surface régionale, les espaces forestiers près de 11 %. Et le territoire sait en tirer parti.

Le lac de Vouglans - 3ème barrage de France, situé dans le Jura – est en tous points stratégique puisqu’il permet de générer à lui seul près de 300 millions de kWh d’électricité par an : c’est 350 000 tonnes de CO2 économisés chaque année !

La présence de massifs forestiers en abondance est aussi avantageuse en matière de production d’énergie biomasse, l’une des plus performantes en matière de rénovation énergétique ; l’une des mieux indemnisées au titre des CEE, aussi.

“En Bourgogne-Franche-Comté, la filière forêt-bois représente 2,2 % de l’emploi salarié.”

Quant au bois énergie en particulier, celui-ci représente 80 % de l’énergie renouvelable produite en Bourgogne-Franche-Comté.

Il faut compter 700 000 tonnes/an dédiés à cet usage, soit 16 % de la ressource bois totale de la région (estimée entre 6 et 7 millions de m³), une part en constante augmentation depuis 2006.

Avec un tel actif, il n’est pas surprenant de constater qu’il s’agit de la région de France qui utilise le plus le bois comme énergie de chauffage principale (58 % des utilisateurs).

De toutes parts et du fait des caractéristiques de son territoire, la Bourgogne-Franche-Comté impulse une vraie dynamique de transition énergétique. Selon les chiffres avancés par le Ministère de l’Ecologie, près de 2 100 Gwh d’électricité renouvelable étaient déjà produits par la région en 2017.

02

Dynamique régionale immobilière en Bourgogne-Franche-Comté

02

Dynamique régionale immobilière en Bourgogne-Franche-Comté

Logements : une majorité de maisons

Sans surprise dans une région telle que la Bourgogne-Franche-Comté ne comportant qu’une métropole, on compte une très grande majorité de maisons : 65 %, soit 1 013 186 maisons contre 550 448 appartements.

La répartition globale entre maisons et appartements sur le territoire est cohérente : plus d’appartements dans les départements aux plus vastes zones urbaines, moins dans les zones rurales.

The chart DEPARTEMENT_LOGEMENT_NB_LOGEMENT has not been created yet.

02

Dynamique régionale immobilière en Bourgogne-Franche-Comté

Mais à quoi ressemble ce parc immobilier ?

Le parc immobilier en fonction de ses performances énergétiques (neuf inclu)

The chart REGION_DPE_CATEGORIE has not been created yet.

The chart REGION_DPE_CLASSE_ECONOME has not been created yet.

Entre 2008 et 2021, 276 345 DPE ont été réalisés en Bourgogne-Franche-Comté.

Si on analyse la nature de ces DPE, on constate rapidement que l’étiquette énergie des biens représentés est peu glorifiante : une majorité de D, talonnée de près par du E, quel que soit le département. On estime le nombre de logements énergivores (E, F, G) à 43 %, dont 37,5 % sont des passoires énergétiques (F, G) !

Dans la région, on dénombre presque autant de maisons construites en 1971-1995 que de maisons pré-1919 : ces biens anciens impliquent bien souvent un fort besoin en rénovation énergétique.

02

Dynamique régionale immobilière en Bourgogne-Franche-Comté

Un marché porteur malgré la crise de la Covid-19

The chart REGION_DVF_TYPE_BIEN_ANNEE has not been created yet.

Fort heureusement, la dynamique de ventes immobilières en Bourgogne-Franche-Comté se poursuit malgré l’état du parc de logements et les conséquences de la crise sanitaire.

Dans la région, ce sont les terrains qui portent cette dynamique sur les 8 dernières années : 42 % des biens mis en vente, contre 38 % de maisons et 20 % d’appartements. Dans certains départements où le terrain était déjà majoritaire, les transactions liées à ces parcelles ont même augmenté entre 2014 et 2021, comme en Côte d’Or ! Le département comptabilise d’ailleurs à lui seul 17 % des permis de construire déposés en Bourgogne-Franche-Comté (22 % dans le Doubs, et 19 % en Saône et Loire).

Mais c’est aussi sur les terrains que l’on constate l’une des baisses de transactions les plus importantes à l’heure de la Covid-19.

Peut-être pouvons associer cette tendance au fait que les Français se sont dès lors montrés plus frileux à l'idée de se lancer dans un projet de construction échelonné sur plusieurs mois ou années...

Un parc immobilier hétéroclite, mais un marché immobilier toujours très dynamique.

02

Dynamique régionale immobilière en Bourgogne-Franche-Comté

Les prix de l’immobilier

Côté prix, c’est l’appartement qui domine le marché en 2021. On compte 37 €/m² pour un terrain, et :

Notons qu’on remarque davantage d’inflation sur le prix moyen des appartements ou des maisons que sur celui des terrains, stable depuis 2014.

Sans surprise, les départements les plus onéreux sont la Côte d’Or (21) et le Doubs (25), suivis par le Territoire de Belfort (90). La Nièvre (58) et la Haute-Saône (70) affichent au contraire des prix jusqu’à deux fois inférieurs, des montants en cohérence avec le pouvoir d’achat desdits départements.

The chart DEPARTEMENT_DVF_PRIX_M2_2020 has not been created yet.

Votre logement fait partie des 16 % de passoires énergétiques en Bourgogne-Franche-Comté ?

Réduisez vos factures à moindre coût grâce aux aides de l'Etat

Vous souhaitez rénover votre logement sans vous ruiner ?

Estimez le montant réel de votre chantier en Bourgogne-Franche-Comté

03

Qui vit en Bourgogne-Franche-Comté ?

03

Qui vit en Bourgogne-Franche-Comté ?

Qui vit en Bourgogne-Franche-Comté ?

A majorité de familles (60,2 % des ménages), la région est conditionnée depuis plusieurs années par une baisse démographique alliée à un vieillissement de sa population : +4 % de 60-74 ans entre 2008 et 2018 (une évolution certes constatée sur l’ensemble de la France). Pour 7 départements sur 8, la tranche d’âge la plus représentée est celle des 45-59 ans, suivie de près par les 60-74 ans. Le département de la Nièvre, plus rural et montagneux, affiche quant à lui une tranche d’âge moyenne de 60-74 ans.

A contrario, trois départements se distinguent en matière de population jeune. La Côte d’Or tout d’abord, dans lequel le deuxième segment le plus représenté est celui des 15-29 ans (sans doute du fait de sa métropole : Dijon). Les deux autres départements les plus jeunes de Bourgogne-Franche-Comté sont le Doubs et le Territoire de Belfort (45-59 ans suivis par les 30-44 ans).

1,3 million

d'habitants

63,2%

de propriétaires occupants

82,3%

de résidences principales

2 107 €

Salaire mensuel net moyen

04

Morphologie du territoire : la Bourgogne-Franche-Comté

04

Morphologie du territoire : la Bourgogne-Franche-Comté

Morphologie régionale : la variété fait la spécificité

On l’a vu : la région Bourgogne-Franche-Comté est assez rurale et conditionnée par des conditions climatiques et un relief spécifiques. Son socle géomorphologique est en tous points singulier puisqu’il se caractérise par un grand nombre de reliefs montagneux (Vosges, Jura, Morvan), un vaste réseau hydrographique (7,5 % du territoire) et des espaces forestiers en abondance (11 % du territoire régional). Aussi, pas moins de 4 climats sont dénombrés dans la région ! Entre forte pluviométrie, chutes de neige à l’est et étés chauds au sud (plaine méridionale), les besoins en chauffage ou même en climatisation varient énormément.

Finalement, les singularités territoriales de la Bourgogne-Franche-Comté renforcent autant le besoin en rénovation énergétique qu’elles en complexifient la mise en œuvre. De nombreux obstacles tels qu’un faible pouvoir d’achat ou une part élevée de ménages précaires viennent d’autant plus renforcer la difficulté de réhabilitation du parc immobilier...

04

Morphologie du territoire : la Bourgogne-Franche-Comté

Un patrimoine historique remarquable à préserver

Si la Bourgogne-Franche-Comté est riche de biodiversité, elle se distingue aussi par son patrimoine historique : 9 sites inscrits au patrimoine de l’UNESCO, 3 673 monuments historiques protégés, 83 sites patrimoniaux remarquables et près de 55 000 sites archéologiques, pas moins.

Douze PSMV (Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur) ont été progressivement mis en place pour régir la construction et la rénovation dans l’aire d’influence de ces sites protégés, à l’instar de la Citadelle de Vauban ou encore de l’Abbaye de Fontenay. A Dijon par exemple, l’hypercentre compte pas moins de 97 ha de PSMV soumis à des règles d’urbanisme spécifiques. Cela représente 10 % des logements de la commune ! En Bourgogne-Franche-Comté, les joyaux architecturaux sont donc plus que jamais préservés.

Le revers de la médaille, c’est qu’il devient particulièrement difficile d’améliorer la performance du parc immobilier de la région (à 43 % énergivore), avec de telles problématiques architecturales.

La région l’a bien compris. Elle compte parmi les seules à prévoir un panel d’aides supplémentaires à la rénovation énergétique dans les aires d’influence de son patrimoine remarquable. Ainsi, les propriétaires des logements présents dans ces aires peuvent faire financer jusqu’à 30 % du montant de leurs travaux.

Quant au patrimoine historique en lui-même, il peut compter sur un fort engagement citoyen.

La région mobilise par exemple les particuliers autour de la rénovation de leur patrimoine, en proposant à de jeunes apprentis d’entretenir et de rénover eux-mêmes les remparts extérieurs de la Citadelle de Vauban...

On l’a vu en Bourgogne-Franche-Comté, la singularité de son territoire et de son architecture crée autant de richesse qu’elle ne provoque de disparités. Toutefois, la région a bien conscience de ses forces et de ses faiblesses et place la transition énergétique au cœur de ses préoccupations.

The chart DEPARTEMENT_MONUMENT_HISTORIQUE has not been created yet.

Votre logement fait partie des 16 % de passoires énergétiques en Bourgogne-Franche-Comté ?

Réduisez vos factures à moindre coût grâce aux aides de l'Etat

Vous souhaitez rénover votre logement sans vous ruiner ?

Estimez le montant réel de votre chantier en Bourgogne-Franche-Comté

Chiffres clés dans les départements
de la Bourgogne-Franche-Comté

Découvrez les autres régions
de France