Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Est-ce qu'une VMC consomme beaucoup d'électricité ?

5 min de lecture

Un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC) assure le renouvellement de la qualité de l’air dans le logement et fonctionne en permanence. Cela signifie une consommation électrique continue, qui peut aller de 700 à plus de 1 200 W. Mais, rapportée sur l’année, cette consommation est relativement modeste. Elle ne dépassera généralement pas une centaine d’euros.

La consommation électrique selon le type de VMC

Avant de voir avec précision et au travers d’exemples la consommation électrique d’une VMC, il est important de préciser que tous les appareils n’ont pas le même niveau de consommation énergétique. La consommation dépend de nombreux paramètres. Tout d’abord, c’est le type de VMC qu’il faut prendre en compte.

  • Une VMC simple flux a un niveau de consommation moyen, le fonctionnement étant constant, sans aucune prise en compte des conditions climatiques ou encore du taux d’humidité de l’air intérieur. Cette consommation peut largement varier selon votre zone géographique et l’humidité de l’air de 40 W à 100 W ;

  • Une VMC hygroréglable prend en compte le niveau d’humidité et adapte son débit en fonction. La consommation électrique peut ainsi être limitée par moments, ce qui en fait un modèle plus économique ;

  • Enfin, une VMC à double flux est un système complexe avec un échangeur additionné d’un circuit d’extraction d’air et d’un circuit d’insufflation de l’air. Par conséquent, les consommations électriques sont plus élevées qu’une solution hygroréglable. Elles peuvent toutefois être compensées en partie car elles réduisent le recours au système de chauffage en maintenant un air intérieur plus chaud. Prenez comme valeurs repères une consommation électrique comprise entre 20 W et 70 W.

D’autres paramètres entrent en jeu pour évaluer la consommation d’énergie d’une VMC. C’est le cas par exemple de la température extérieure. Lorsqu’elle est plus basse, elle nécessite une dépense d’énergie plus élevée pour réchauffer l’air. De même, la puissance de l’appareil et la superficie du logement à aérer sont à prendre en compte. Dans le cas d’un logement avec une superficie importante et de nombreuses buses d’aspiration et de soufflage, le coût énergétique sera plus élevé que pour un petit logement avec un système à simple flux.

La meilleure solution pour limiter la consommation électrique de votre VMC est d’utiliser au minimum le double-flux et dans le meilleur des cas une VMC double-flux thermodynamique, associée à une pompe à chaleur (PAC). Vous disposerez alors d’une solution de renouvellement de l’air et de chauffage économique en électricité, sans utiliser d’énergies non-renouvelables.

À savoir : il est possible d’évaluer la consommation électrique d’une VMC en se reportant aux informations communiquées par le fabricant. Regardez par exemple la documentation selon le modèle et consultez la classe énergétique de la VMC. Les modèles les mieux notés sont logiquement les moins gourmands en électricité. Vous pouvez également vous reporter à des données techniques et regarder la puissance moyenne pondérée (W-Th-C.). Celle-ci est calculée en mesurant la consommation pendant 22h à petite vitesse et 2h à grande vitesse, puis ramenée à une consommation horaire moyenne. Une information qui sert aux professionnels pour dimensionner une installation de VMC.

Pour évaluer la consommation électrique d'une VMC, consultez les informations communiquées par le fabricant.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

Exemples de consommations électriques de VMC

Prenons deux exemples pour illustrer la consommation d’énergie d’une VMC.

Choisissons tout d’abord une VMC dont la puissance est de 30 W. Pour un fonctionnement permanent (365 jours dans l’année) sa consommation sera équivalente à 720 W par jour soit 262,8 kWh/an. En prenant comme tarif de base 1 kWh à 0,1740 €, cela nous donne un coût à l’année d’environ 45 €.

Pour une VMC de 50 W, fonctionnant en permanence, la consommation sera équivalente à 1200 W par jour soit 438 kWh/an. En prenant comme tarif de base 1 kWh à 0,1740 €, cela nous donne un coût à l’année d’environ 76 €.