Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Pourquoi installer une VMC simple flux ?

5 min de lecture

L'installation d'une VMC simple flux est presque devenue marginale par rapport au nombre d'installations de VMC double flux. On installe néanmoins toujours ce genre de ventilation mécanique contrôlée parce qu'elle est beaucoup moins chère que la VMC double flux. Son entretien est aussi plus facile, elle répond à des problématiques d'espace, et les nouvelles technologies lui permettent d'être très efficace.

L'aération des logements est absolument primordiale pour assurer un bon confort thermique et une qualité d'air optimale. Alors que des dispositifs comme MaPrimeRénov’ ne prennent pas en charge l'installation d'une VMC simple flux, elle reste pertinente pour certains.

Installer une VMC simple flux : un choix économique

L'installation d'une VMC simple flux est moins chère que celle d'une VMC double flux. L'appareil en lui-même, de par sa conception moins complexe, est moins cher à produire. Il est donc proposé à des tarifs beaucoup plus abordables. L'installation d'une VMC simple flux est aussi beaucoup plus simple, avec l'absence de nécessité d'installer des conduits pour injecter de l'air frais. Seuls les conduits permettant d'extraire l'air vicié sont utilisés avec cette technologie.

En termes d'équipement et d'installation, vous pouvez retenir le comparatif de prix suivant pour l’équipement d’une maison de 100 m² :

  • Une VMC simple flux autoréglable coûte entre 400 et 1 200 €

  • Une VMC simple flux hygroréglable sera facturé entre 600 et 1 700 €

  • Pour une VMC double flux, il faut compter entre 3 500 et 5 500 €.

Faire des économies d’énergie avec la VMC simple flux

La VMC simple flux est souvent pointée du doigt comme étant énergivore. Il s'agit en fait de la VMC simple flux classique, qui ne dispose pas d'une capacité d'adaptation à l'humidité. Dans les faits, une VMC simple flux hygroréglable de type B est moins énergivore qu'une VMC double flux standard.

Une VMC simple flux hygroréglable de type B est moins énergivore qu'une VMC double flux standard.

Choisir une VMC simple flux pour son entretien facilité

L'entretien d'une VMC simple flux est moins compliqué que celui d'une VMC double flux. Dans le second cas, deux catégories de tuyaux permettant d'acheminer l'air devront être nettoyées. C'est donc tout naturellement que l'entretien de la VMC simple flux est moins cher que pour l'autre système disponible sur le marché. En général, il faudra compter 130 € par an. Le coût d'entretien d'une VMC double flux peut atteindre 300 €.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

Des nouvelles technologies attrayantes pour choisir une VMC simple flux

Le principe de fonctionnement d'une VMC simple flux repose sur un système de dépression de l'air. Grâce à un système de ventilation inversé, la VMC attire l'air vicié à l'extérieur du logement. Pour le remplacer, de l'air frais s'engouffre donc dans le logement. Contrairement à la VMC double flux, il n’y a pas de second système chargé d’injecter de l'air frais, à mesure que l'air vicié est extrait.

Il n'en reste pas moins que certaines adaptations technologiques peuvent permettre d'obtenir d'excellentes performances grâce à la VMC simple flux. Il s'agit notamment des VMC hygroréglables, qui prennent en compte l'humidité du logement pour adapter la ventilation.

Choisir une VMC simple flux : une question d’espace

L'installation d'une VMC simple flux répond aussi parfois à des questions d'espace ou de contraintes techniques. Dans certains logements, il est impossible de faire passer les nombreux conduits nécessaires à l'installation d'une VMC double flux. Le système d'extraction fonctionne en garantissant un encombrement minimum. Les tuyaux qui raccordent les pièces à ce dernier peuvent facilement se glisser dans un faux plafond ou encore dans les combles du logement.