Comment fonctionne une chaudière à condensation ?

Chaudières à gaz, électriques, au fioul… Toutes permettent d’assurer le chauffage d’un logement et de l’eau sanitaire. Pourtant, il existe de nombreux types de chaudières différents et avec un rendement très variable. À l’heure où la question énergétique est au cœur des préoccupations environnementales et économiques de tous, la technologie de la condensation se généralise. Écologique, rentable, elle exploite une source d’énergie jusqu’alors ignorée par les autres modèles, celle des fumées issues de la combustion. Comment le fonctionnement d’une chaudière à condensation répond-il aux exigences d’aujourd’hui ?

Financez votre chaudière à condensation avec la prime énergie

Moins consommatrice et moins polluante, la chaudière à condensation est un équipement à hautes performances énergétiques éligible à la prime CEE et MaPrimeRénov’.

  • Jusqu’à 30 % d’économies sur votre facture de chauffage

  • Votre chaudière à condensation HPE indemnisée jusqu’à 2 500 €

  • Une rentabilité assurée après 5 à 6 ans seulement

Instantané, gratuit et sans engagement.

Qu’est-ce qu’une chaudière à condensation ?

Une chaudière chauffe un combustible et en récupère la chaleur qu’elle répartit dans le système de chauffage du logement, des radiateurs à l’eau chaude sanitaire. La technologie de la condensation n’est pas limitée par la nature du combustible. Une chaudière à condensation peut être à gaz, ou au fioul par exemple, avec des pièces adaptées en conséquence. Cependant, son fonctionnement permet toujours de réduire fortement la quantité de combustible nécessaire. Le rendement est donc meilleur, plus économique et plus respectueux de l’environnement grâce à un rejet minime de polluants.

La chaudière à condensation, un fonctionnement optimisé

La chaudière à condensation récupère la chaleur causée par la combustion sur le même principe qu’une chaudière traditionnelle. Mais sa particularité réside dans son utilisation de l’énergie contenue dans la fumée dégagée par cette combustion. En effet, cette fumée contient de la vapeur d’eau. Lorsque celle-ci se condense et passe à l’état liquide, elle libère à son tour de l’énergie. C’est cette énergie inexploitée par les chaudières traditionnelles qu’une chaudière à condensation va récupérer. Au lieu de libérer cette vapeur et perdre cette source de chaleur, le système de la chaudière à condensation la liquéfie et l’intègre dans son fonctionnement. Compte tenu des températures particulièrement élevées des fumées de combustion, on comprend vite la rentabilité de leur utilisation. Le fonctionnement d’une chaudière à condensation évite de gâcher inutilement une source d’énergie performante et par là même réduit les besoins en combustible. C'est l'ensemble de ses raisons qui font que ce système est éligible à la prime à l'installation d'une chaudière à condensation.

Le fonctionnement d’une chaudière à condensation évite de gâcher inutilement une source d’énergie performante.

Les différents composants

d’une chaudière à condensation

La composition d’une chaudière à condensation est complexe. Il est préférable d’en laisser l’entretien à un professionnel. Cependant, pour en assurer l’entretien courant, il est utile d’en comprendre le fonctionnement global. Comme pour une chaudière classique, les principales pièces d’une chaudière à condensation sont :

  • un bruleur : il assure le mélange d’air et de combustible.

  • une vanne : électrovanne ou bloc gaz suivant la nature du combustible. Elle permet d’ouvrir ou de bloquer la circulation du combustible.

  • un circulateur : son rôle est d’assurer une pression suffisante pour permettre la circulation du fluide caloporteur.

  • un conduit de fumée ou un système de ventouse : il assure l’évacuation des fumées spécifiques.

Un échangeur-condenseur : LA pièce maitresse

C’est elle qui permet d’augmenter le rendement de la chaudière. L’eau contenue dans les fumées s’y condense, c’est l’action du condenseur. L’énergie libérée est captée et injectée dans l’eau qui va circuler dans le système de chauffage, c’est l’action de l’échangeur. L’échangeur-condenseur d’une chaudière à condensation est spécialement étudié pour résister à l’acidité élevée des condensats, particulièrement dans les chaudières gaz à condensation.

Chiffrez votre chaudière à condensation, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

Les étapes de la condensation

Lors de la combustion, les fumées se dégagent. Elles contiennent de la chaleur et donc de l’énergie. En se condensant, elle est récupérée par l’échangeur. Il l’injecte alors dans l’eau qui s’apprête à circuler dans le circuit de chauffage, augmentant ainsi sa température.

Le fonctionnement de la chaudière à condensation : un gain à tous les niveaux

Exploiter l’énergie contenue dans la fumée produite par la combustion réduit automatiquement la quantité de combustible nécessaire pour assurer le chauffage. En effet, il faut moins d’énergie pour continuer à chauffer l’eau circulant dans le circuit de chauffage et donc moins de combustible. C’est pour cela que l’on peut voir des taux de rendement supérieurs à 100 % sur certains modèles : La chaudière à condensation restitue plus d’énergie qu’elle n’en consomme.

Cette réduction de la quantité de combustible entraine de fait une réduction significative de la facture énergétique. Suivant le modèle et la nature du combustible, on peut arriver à des économies de près de 35 % comparées à une facture conventionnelle.

Le gain environnemental réside aussi dans les fumées résiduelles. Une partie de l’énergie des fumées étant récupérée, la température des fumées évacuées est relativement basse (70 °C). La différence avec l’évacuation à perte des fumées non exploitées pouvant monter jusqu’à 300 °C est révélatrice. Ajoutons à cela moins de combustible brulé et le résultat est plus écologique, moins polluant qu’une chaudière traditionnelle qui laisse s’échapper le pouvoir calorifique de la condensation.

Une chaudière à condensation, par son fonctionnement, permet d’exploiter au maximum l’énergie disponible afin de diminuer les besoins en combustible et ainsi de réduire le montant des factures de chauffage.

Poursuivez votre lecture