Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Quel est le meilleur fluide caloporteur ?

4 min de lecture

Dans la plupart des systèmes de chauffage, c'est l'eau qui fait office de fluide caloporteur. Il est aussi possible que l'huile soit utilisée pour transporter la chaleur avec efficacité. L'avantage de cette seconde alternative, c'est qu'il s'agit d'un fluide résistant aux températures élevées et au gel.

Le fluide caloporteur est utile pour de nombreux systèmes de chauffage électrique. Il est notamment utilisé dans certains radiateurs électriques, pour permettre le fonctionnement du chauffage à gaz ou encore celui des chaudières à énergie solaire. Bien choisir son liquide caloporteur, c'est bénéficier de performances optimales, mais aussi prendre soin de son équipement.

L’eau : le meilleur liquide caloporteur

Les avantages de l’eau comme liquide caloporteur

L'eau est le liquide caloporteur le plus utilisé dans les systèmes de chauffage. On lui attribue les avantages suivants :

  • L'eau dispose d'une excellente capacité calorifique. Cela signifie que l'eau peut chauffer facilement, sans avoir besoin d'une chaleur excessive.

  • L'eau peut monter à une température supérieure à 100°C, lorsqu'elle est sous pression.

  • L’eau peut aussi être utilisée lorsqu'on a besoin de refroidir une alimentation. Il s'agit donc d'une solution polyvalente, qui peut aussi bien être utilisée pour climatiser que pour chauffer une pièce.

Les inconvénients de l’eau comme liquide caloporteur

Le principal inconvénient de l'eau, c'est de ne pas résister à des températures inférieures à zéro. En étant exposée à des températures négatives, l'eau peut geler. Il est donc souvent impératif que le liquide caloporteur ne passe pas en extérieur dans les régions froides, pour ne pas risquer d'endommager un système de chauffage. Une excellente isolation des tuyaux sera par ailleurs de mise, pour protéger le liquide caloporteur du froid.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

L’huile : une bonne alternative de liquide caloporteur

L’huile peut être une bonne alternative à l’eau, puisqu'il n'y aura aucun danger à ce qu'elle soit en contact avec une résistance électrique. Couramment utilisée, elle dispose d'une excellente résistance à des températures très élevées. Elle est aussi peu corrosive et adaptée à de nombreux systèmes.

On l'utilise notamment pour les petites installations électriques, lorsque la source de chaleur est très proche du fluide caloporteur. Vous avez peut-être déjà entendu parler des radiateurs électriques qu'on appelle les bains d'huile. Ils fonctionnent justement grâce à ce fluide caloporteur.

L'huile dispose d'une excellente résistance à des températures très élevées. Elle est peu corrosive et adaptée à de nombreux systèmes.

Le mono propylène glycol

Le mono propylène glycol, c'est un liquide caloporteur qui se comporte comme un antigel. Il dispose d'une excellente capacité à retenir la chaleur. Il est également très polyvalent, puisqu'il pourra être utilisé dans un système de circulation forcée ou de thermopiston. L'un de ses principaux avantages par rapport à l'eau est de résister au gel. Il est donc souvent utilisé comme liquide caloporteur pour les chauffe-eaux solaires.

Le sodium fondu : un liquide caloporteur à part

Le sodium fondu n'est pas utilisé comme fluide caloporteur pour le système de chauffage. Il est davantage utile pour refroidir un système. Il ne s'agit pas de la bonne alternative lorsque le dispositif est exposé à de la chaleur. Il existe même un risque de feu de sodium lorsque la température à laquelle le liquide caloporteur est exposé est trop importante. Attention donc, si vous entendez parler de cette méthode.