Illustration article

Pourquoi le bois de chauffage ne brûle-t-il pas ?

5 min de lecture

Vous avez acheté un lot de bois de chauffage pour votre appareil et vous vous demandez désormais pourquoi le bois ne brûle pas ? Cela peut s’expliquer de deux manières : soit le bois a un taux d’humidité supérieur à 20 % et ne réunit pas les bonnes conditions pour une combustion, soit vous avez fait le mauvais choix d’essence de bois. Explications.

pourquoi mon bois de chauffage ne brûle-t-il pas

Pourquoi le bois ne brûle pas ? Un problème d’humidité

Pour optimiser le fonctionnement d'un poêle à bois, il est primordial d’utiliser des combustibles de bois sec. Si votre bois de chauffage peine à s’allumer et ne se consume pas comme d’habitude, il y a de grandes chances pour que votre bois soit trop humide.

En règle générale, un bois de chauffage de qualité a un taux d’humidité inférieur à 20 %. On considère qu’après coupe du bois, il faut atteindre 1 an et demi voire 2 ans avant de pouvoir l’utiliser comme combustible. S’ajoutent bien évidemment à cela les conditions de stockage : un bois gardé à l’abri des intempéries sera de meilleure qualité qu’un bois qui a séché en plein-air, sans aucune protection.

Un bois humide peut bien évidemment être consumé, mais il risque d’étouffer votre feu et de multiplier la production de suie. De plus, un bois bûche à 30 ou 40 % d’humidité occasionne une perte de près de 25 % du rendement énergétique comparé à une bûche qui offre un taux d’humidité inférieur à 20 %. Ainsi, faire le choix d’utiliser ce type de combustible nuit au bon fonctionnement de votre appareil.

Un bois humide est non seulement moins performant, mais nuit également au bon fonctionnement de l'appareil de chauffage.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

Bois qui ne brûle pas : le choix de l’essence de bois

Le pouvoir calorifique du bois bûche varie en fonction de la nature du bois, car les différentes essences n’ont pas les mêmes pouvoirs énergétiques. C’est pourquoi certaines essences sont conseillées à un certain type d’usage, tandis que d’autres ne le sont pas. Pour faire le bon choix de bois, il est essentiel de connaître ces différentes options.

Parmi les bois combustibles les plus courants, on retrouve :

  • Les bois durs : chêne, hêtre, frêne, orme ou encore charme

  • Les bois mi-durs : châtaignier, acacia et arbres fruitiers

  • Les bois résineux : pin, épicéa, peuplier, bouleau ou encore platane

Si votre bois ne brûle pas et que vous avez écarté le problème d’humidité, il est possible que le problème provienne du choix du bois en lui-même. Pour rappel, on conseille les bois durs comme le chêne, le frêne ou encore le charme pour les inserts et foyers fermés, tandis que les résineux tels que le pin et l’épicéa sont plutôt recommandés pour les poêles à granulés ou pellets ainsi que les cheminées à foyer ouvert.

S’il n’existe pas de solution quant à un mauvais choix de bois, pensez tout de même à demander cette information la prochaine fois que vous aurez besoin d’en acheter. Pour ce qui est du bois humide, vous pouvez en récupérer une bonne partie en le faisant sécher dans les bonnes conditions : sous un abri garantissant la bonne circulation de l’air. Dans le cas où vous n’auriez pas l’espace pour, il existe aussi la solution d’en garder une partie dans la maison, près du poêle. La chaleur que ce dernier diffuse permettra au bois de sécher plus rapidement.