Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Comment choisir l'épaisseur de son isolation ?

5 min de lecture

L’épaisseur de l’isolant est un critère important lorsque l’on entreprend des travaux de rénovation énergétique. C’est notamment de cela que vont dépendre la qualité de l’isolation thermique et acoustique de votre logement. Pour choisir la bonne épaisseur d’isolant, il faut prendre en compte la résistance et la conductivité thermique de l’isolant, ainsi que la surface et l’utilité de la pièce à isolant. Ce n’est qu’en croisant ces données que vous trouverez l’épaisseur idéale pour combler vos besoins et bien isoler votre maison.

Choisir l’épaisseur selon la résistance et la conductivité thermique

Pour choisir l’épaisseur de son isolant, il est crucial de connaître les différents coefficients des isolants en termes de résistance et conductivité thermique. Ce sont ces deux critères qui assureront le confort au sein de votre logement.

En effet, la résistance thermique représente la difficulté que rencontre la chaleur à traverser l’élément isolé (sol, mur, comble etc.). Pour l’obtenir, il suffit de diviser l’épaisseur du matériau par sa conductivité thermique. Plus la résistance thermique est élevée, plus le matériau est isolant. Le résultat s’exprime en Kelvin par Watt (m².K/W).

Pour ce qui est de la conductivité thermique, c’est l’inverse. En effet, plus la valeur exprimée est basse, plus le matériau est isolant. Sa valeur s’exprime en lambda (λ).

Plus la résistance thermique est élevée, plus le matériau est isolant. A l'inverse, plus la conductivité thermique est faible, plus le matériau est isolant.

Choisir l’épaisseur selon la pièce et la surface à isoler

Quelle épaisseur pour isoler ses murs ?

L’isolation de vos murs est essentielle. En effet, les murs représentent près de 20 % des déperditions de chaleur dans une maison. Pour procéder à leur isolation, deux techniques sont possibles : par l’intérieur ou par l’extérieur.

Dans les deux cas, l’épaisseur de l’isolant a son importance. Par exemple, plus l’isolant est épais, plus vous perdez d’espace habitable en isolation par l’intérieur. De même pour l’emprise sur votre terrain au niveau de l’isolation par l’extérieur. Ainsi, il peut être particulièrement avantageux de choisir un isolant offrant de très bonnes performances pour une faible épaisseur.

À savoir que pour respecter les normes attendues par l’État, l’isolation doit atteindre une résistance thermique de 3,7 m.K/W. En réalité, cela équivaut à 12 cm pour la laine de verre et la laine de roche, 14 cm pour la fibre de bois ou encore 8 cm pour le polyuréthane.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

Quelle épaisseur pour isoler ses sols ?

Les sols quant à eux représentent jusqu’à 10 % des pertes de chaleur dans un logement. C’est certes moins important que celles des murs ou des combles, mais tout de même impactant pour vos factures d’énergie. L’isolation des sols peut se faire par-dessus ou par-dessous la dalle, en fonction de l’existence ou non d’un sous-sol. Si vous isolez par-dessus la dalle, il est nécessaire de choisir l’isolant le moins épais pour ne pas perdre trop de hauteur de plafond. En revanche, si vous isolez par le dessous, vous pouvez opter pour un isolant épais : cela n'exerce aucune influence.

Pour ce qui est des planchers, vous devez atteindre une résistance thermique de R ≥ 3 pour profiter des aides de l’État. Cela se traduit par 12 cm de laine de verre et de laine de roche, 10 cm de polystyrène ou encore 6 cm de polyuréthane.

Quelle épaisseur pour isoler ses combles ?

Les combles perdus et aménageables sont particulièrement énergivores lorsqu’ils ne bénéficient pas d’une bonne isolation thermique. Ils sont responsables de près de 30 % des déperditions de chaleur dans un logement. Pour y remédier, il est tout à fait possible de prévoir des travaux de rénovation énergétique.

Pour bénéficier des aides de l’État et s’inscrire dans la transition énergétique et écologique de son plan de finance, il est primordial de respecter les indicateurs de résistance thermique. En ce sens, vous devez atteindre un coefficient R de 7 pour ce qui est des combles perdus, et de 6 pour les combles aménageables.

Pour l’isolation des combles aménagés, cela représente 21 cm d’épaisseur pour la laine de verre et la laine de roche, 24 cm pour la ouate de cellulose ou encore 15 cm de polyuréthane.

Pour l’isolation des combles perdus, on obtient 24 cm de laine de roche et de laine de verre, 30 cm de fibre de bois et 24 cm de polystyrène.

Pour résumer, le choix de votre épaisseur d'isolation doit se faire en fonction de trois critères : la résistance thermique, la conductivité thermique et la pièce à isoler. Ce n’est qu’en croisant ces trois éléments que vous pourrez bénéficier de l’efficacité thermique et acoustique totale de votre isolant.