Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Comment restaurer une maison ancienne ?

6 min de lecture

Restaurer une maison ancienne est un projet qui ne s’improvise pas. La première action à faire est de se renseigner sur le statut de votre habitation puis de faire évaluer son état par un professionnel. Ce dernier établit un rapport qui liste la nature des travaux possibles. Il convient par la suite de les chiffrer. Une fois ces étapes franchies, les travaux de restauration peuvent débuter. Nous vous donnons dans cet article tous les conseils en rénovation.

Mesures préalables avant la restauration d’une maison ancienne

Que dit la loi ?

Avant tout démarrage de travaux, il est indispensable de se renseigner sur ce que dit la loi afin que la restauration de votre maison ancienne soit réalisée dans les règles de l’art.

Différents cas de figure peuvent se présenter :

  • Maison ancienne : il est indispensable de se référer aux règles fixées par le PLU de votre lieu de résidence. Une déclaration préalable de travaux est à déposer au service urbanisme de votre mairie ;

  • Bâtisse ancienne située dans une zone protégée : un architecte des bâtiments de France doit donner son accord concernant le projet de travaux avant le dépôt de la déclaration préalable en mairie ;

  • Maison ancienne classée monument historique : dans ce cas-là, la démarche est un peu plus complexe car vous devez consulter un architecte en chef des Monuments historiques puis adresser une demande de travaux auprès de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de votre région.

Quelles étapes pour restaurer une maison ancienne ?

Évaluer son état actuel

Avant de commencer la rénovation de votre maison ancienne, il est indispensable de faire constater et diagnostiquer l’état de la bâtisse par un professionnel du bâtiment. Cette visite permet de déterminer l’ampleur des travaux.

Un certain nombre de points de contrôles sont à effectuer :

  • Fondations et structure du bâtiment

  • La charpente : existe-t-il une infestation parasitaire ?

  • La couverture du toit : tuiles, ardoises, etc.

  • Isolation thermique ;

  • Fenêtres : faut-il poser du double ou triple vitrage ?

  • Réseau électrique : est-il aux normes ?

  • La plomberie

  • Changement du système de chauffage : est-il obsolète ?

  • Destruction de cloisons : selon le projet, est-il nécessaire d’abattre des murs porteurs, par exemple ?

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

L’étape de budgétisation

Le prix de base en matière de rénovation est une fourchette comprise entre 1 500 et 2 500 € le m². Cependant, ce budget est loin d’être fixe et dépend de nombreux paramètres pouvant le faire décoller : nature des travaux (gros œuvre, IPN, charpente à refaire, etc.), matériaux sélectionnés, durée du chantier, imprévus éventuels dûs à la rénovation, etc.

Selon vos limites financières, il sera nécessaire de prioriser certains travaux par rapport à d’autres. C’est justement le rôle du diagnostic évoqué plus haut.

Place aux travaux

Il est possible de réaliser une partie des travaux de restauration vous-même : le coût sera moindre, car vous ne ferez appel à aucune main-d'œuvre. Cependant, cette démarche demande de maîtriser de nombreux corps de métier, de disposer de temps et d’énergie.

Si vous passez par des professionnels pour la rénovation de votre maison ancienne, ils se baseront sur le plan de votre habitation. Si aucun architecte ou maître d'œuvre gère l’avancée des travaux, c’est à vous d’organiser l’intervention des différents artisans et de faire le suivi du chantier. Cette partie est, là encore, non négligeable, car elle demande de connaître l’ordre logique dans lequel la réhabilitation de votre ancienne bâtisse doit se faire.

En règle général, les travaux s’organisent ainsi :

  • Intervention du gros œuvre et assainissement

  • Réparation de la charpente et de la toiture

  • Remplacement de la plomberie

  • Électricité remise aux normes

  • Mise en place du nouveau système de chauffage

  • Isolation thermique de la toiture, des murs et des combles

  • Finitions : peintures, revêtements, décoration, etc.