Insert ou poêle à bois : quel chauffage pour sa maison ?

En installant un chauffage au bois chez vous, vous utilisez le combustible le plus économique et le plus durable. Dans le cadre d’une rénovation avec un foyer pré existant, vous êtes amenés à hésiter entre un poêle à bois ou un insert. Comment choisir entre les deux ? Avec des niveaux de rendements équivalents grâce aux avancées technologiques récentes, l’esthétique et le budget sont des critères décisifs pour les départager. Notez qu'il existe une prime énergie poêle à bois, mais aussi une prime pour l'insert. Un poêle à bois est un appareil posé ou suspendu avec son tubage apparent alors qu’on installe un insert directement dans l’âtre d’une cheminée déjà construite pour en améliorer le rendement. Essayons de comprendre les caractéristiques propres à ces deux types d’installation.

Financez votre poêle à bois avec la prime énergie

Le poêle à bois utilise les bûches/pellets pour chauffer votre logement de façon homogène. Son rendement et ses performances en font un appareil éligible aux éco-primes.

  • Jusqu’à 50 % d’économies sur votre facture de chauffage

  • Votre poêle à bois indemnisé jusqu’à 3 800 €

  • Le bois, combustible le moins cher du marché

Instantané, gratuit et sans engagement

De réelles avancées énergétiques et écologiques

Le rendement informe de l’efficacité énergétique de votre appareil de chauffage. Il porte sur la quantité d’énergie nécessaire pour produire de l’énergie.

Un rendement de 80 % indique que l’appareil restitue 80 % de l’énergie utilisée à son fonctionnement optimal. Les derniers modèles de poêles à bois et d’insert assurent un rendement de 80 % minimum lorsque les conditions de fonctionnement optimales sont assurées.

Pour cela, il faut avoir une puissance adaptée au volume de la pièce, de sa configuration et de son isolation. La technologie associée au chauffage au bois permet encore plus d’efficacité et l’on peut même espérer 90 % de rendement avec de nombreux poêles et certains inserts à granulés.

Poêles à bois et inserts donnent donc accès à des économies équivalentes sur la facture énergétique. Contrairement à un foyer ouvert qui laisse s’échapper 90 % de la chaleur, on installe un appareil performant et rentable. L’insert va fermer le foyer et concentrer la chaleur tout comme le poêle. Mais on constate en général les rendements les plus élevés avec un poêle à bois. Il est moins tributaire des courants d’air et autres spécificités de la cheminée pré existante.

Par exemple, la cheminée impose l’emplacement de l’insert. L’appareil de chauffage n’est donc pas situé automatiquement à l’emplacement le plus adapté pour restituer pleinement un confort de chaleur optimal.

Tous deux sont conseillés comme chauffage d’appoint pour compléter un autre mode de chauffage central. Cependant, certaines technologies comme un raccordement Hydro ou un système de canalisations ventilées accessibles tant pour un insert que pour un poêle peuvent jouer le rôle d’un chauffage central.

Chaleur caractéristique

Les modes de fonctionnement d’un poêle à bois et d’un insert sont similaires. La chaleur issue de la combustion du bois est concentrée dans l’appareil et elle est restituée dans la pièce par rayonnement thermique et convection naturelle. En général, la chaleur d’un poêle à bois se dégage plus vite que celle émise par un insert.

Le prix fait-il la différence ?

Poêles à bois et inserts peuvent être à buches, mixtes ou à granulés, à simple ou double combustion. Ils peuvent présenter un système de ventilation pour canaliser l’air chaud et optimiser sa répartition. De nombreuses caractéristiques influent sur le prix de l’appareil indépendamment de son installation. 

Pose comprise, un poêle à bois et un insert coutent en moyenne 4 000 euros, mais la diversité des options disponibles peut faire doubler ce prix. Le prix de la dépose de la cheminée pour l’installation du poêle et la remise en état des murs et des sols adjacents est aussi à prendre en compte. 

Contraintes spécifiques à l’installation

L’emplacement de l’appareil est décisif dans le choix du modèle et son cout total. Pour un insert, la taille de la cheminée va limiter celle de l’appareil. S’il est plus petit que le foyer, l’habillage doit être adapté pour un rendu esthétique. D’autres fournitures influent sur le prix, comme le nettoyage spécifique du conduit de la cheminée avant l’installation du tubage dans le conduit et son isolation. L’adaptation du système d’aération est également nécessaire. Des dépenses similaires se greffent sur le montant de l’installation d’un poêle à bois, avec l’aération, le tubage et l’isolation des murs et du sol, et avec le cas échéant l’enlèvement de l’ancienne cheminée.

MaPrimeRénov’ et un panel d’aides disponibles

Pour un insert ou un poêle, l’installation est relativement simple. Ce sont surtout les contraintes esthétiques et les finitions qui feront monter la facture totale. Mais, quel que soit votre choix, sachez que ces deux types de chauffage au bois vous donnent accès aux mêmes aides et primes à la rénovation. En effet, un insert, tout comme un poêle, est éligible à MaPrimeRénov’, les aides de l’Anah, l’écoprêt, la TVA à 5,5 % ou encore les certificats d’économies d’énergie. Par exemple, selon vos revenus fiscaux, vous pouvez obtenir 2 500 euros de MaPrimeRénov’ pour l’achat de votre poêle ou insert.

Chiffrez votre poêle à bois, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

« Moderniser » avec un poêle

Si l’on souhaite conserver partiellement ou totalement l’esthétique de la cheminée, l’insert est le choix le plus adapté. Il peut néanmoins trancher avec le style de la cheminée, grâce à un coffrage panoramique très contemporain.

Un poêle à bois est en général moins imposant qu’un insert et on le trouve dans dont le rendu général dépend de la cheminée dans laquelle il se trouve. Sans cette contrainte pré existante, les poêles à bois proposent une grande variété de styles et de formes. On peut partir sur un modèle industriel en fonte posé au sol ou sur un modèle goutte suspendu au tubage pour un rendu aérien et futuriste. En général, on parle du rôle « modernisant » du poêle qui correspond au souhait de s’éloigner du style traditionnel du manteau de cheminée.

À rendement et cout équivalent, c’est la question esthétique qui finalise le choix. Conserver et exploiter l’existant avec un insert ou partir d’une page blanche avec un poêle.

Poursuivez votre lecture