Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Ventilation naturelle basse et haute, quelles différences ?

5 min de lecture

La ventilation naturelle est un système de renouvellement de l’air particulièrement économique et écologique. En effet, celle-ci fonctionne à la force du vent et permet de garder une maison saine, débarrassée de l’air vicié. Souvent, la ventilation naturelle basse et haute est privilégiée. Mais quelles différences ? Premièrement, la ventilation naturelle basse et haute fonctionne sur le principe du tirage thermique. On vient installer une grille haute pour la sortie d’air et une grille basse pour l’entrée d’air. Mais il existe d’autres différences à l’utilisation de cette technologie. Découvrez-les.

Différences entre ventilation naturelle basse et haute

La ventilation naturelle basse et haute fonctionne sur un principe simple et naturel : l’air chaud et vicié, plus léger que l’air extérieur, remonte et vient s’accumuler au plafond des habitations. A contrario, l’air intérieur, froid et dense, a tendance à descendre. C’est pourquoi, pour créer un cycle naturel, il faut le faire entrer par la partie basse de votre logement, soit au plus proche du sol.

Selon l'emplacement bas ou haut, le schéma ressemble à cela :

  • Les grilles d’aération d’entrée d’air sont placées près du sol pour faire entrer l’air frais.

  • Les grilles de ventilation de sortie d’air sont placées près du plafond pour faire sortir l’air pollué.

  • En fonction de l’état et de l’accessibilité de vos combles, on peut décider d'installer les bouches d’extraction directement dans les combles, pour évacuer l’air chaud par le toit.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

Ventilation naturelle basse et haute et VMC : quelles différences ?

Comme nous venons de l’expliquer, la ventilation naturelle basse et haute est un système d’évacuation de l’air vicié qui utilise des forces naturelles pour fonctionner. Contrairement à celui-ci, la VMC, ou ventilation mécanique contrôlée, crée un courant d’air artificiel dans la maison grâce à un ventilateur qui extrait l’air pollué.

Néanmoins, les différences ne s’arrêtent pas à cela, elles sont nombreuses :

  • La ventilation naturelle fonctionne naturellement, sans moteur, tandis que la VMC a besoin d’électricité.

  • La ventilation naturelle haute et basse n’engendre aucune nuisance sonore. La VMC quant à elle doit être placée à un certain endroit pour ne pas devenir nuisible.

  • L’entretien de la ventilation naturelle est quasi-inexistant. Il suffit de dépoussiérer les grilles. La VMC requiert un entretien réalisé par un professionnel au moins tous les 5 ans.

  • Le tirage thermique n’est pas aussi efficace lorsque la température intérieure est supérieure à la température extérieure. C’est pourquoi la VMC offre l’avantage de fonctionner en tout temps.

  • En hiver, aucun contrôle n’est possible quant au débit d’air de la ventilation naturelle. Les économies d’énergie sont donc compromises par l’utilisation excessive de chauffage.

En bref, la ventilation naturelle haute et basse offre un moyen économique et écologique d’aérer convenablement sa maison. Néanmoins, elle n’est pas toujours suffisante et peut même devenir problématique en hiver. C’est pourquoi il est recommandé de coupler les deux technologies : ventilation naturelle basse et haute, ainsi que VMC. Sachez que pour l’installation de cette dernière, vous pouvez être éligible à une prime énergie d’un montant souvent intéressant.