Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Quelle épaisseur pour une isolation extérieure ?

5 min de lecture

L’épaisseur d’une isolation des murs par l'extérieur est généralement comprise entre 9 et 14 centimètres. Cette dernière dépendra du matériau choisi. L’épaisseur moyenne de la mousse résolique sera de 9 centimètres, contre 14 centimètres pour la laine de verre.

L’ITE est de plus en plus en vogue, avec les incitations de l’Etat à lutter contre les passoires thermiques. Ce type de travaux permet en générale de rehausser considérablement les performances énergétiques d’une habitation. D’une manière générale, plus que son épaisseur, c’est la compatibilité d’un matériau avec le logement qui déterminera votre projet.

quelle est l'épaisseur idéale pour une isolation par l'extérieur

Quel est l’objectif d’une isolation par l’extérieur ?

Les trois grands objectifs de l’isolation thermique peuvent être de :

  • Limiter les déperditions de chaleur

  • Éviter de subir les répercussions des températures extérieures

  • Rénover la façade en lui donnant un aspect plus moderne

Par rapport à l’isolation par l’intérieur, celle passant par l’extérieur évite la création des ponts thermiques et ne réduit pas l’espace habitable. Il s’agit en quelque sorte d’envelopper les murs de la maison d’un isolant choisi selon sa compatibilité avec le logement et son environnement. Cela permettra de profiter d’un meilleur confort de vie, et de faire souvent baisser considérablement les factures de chauffage.

La laine minérale : quelle épaisseur en isolation extérieure ?

La laine de roche est un isolant qui séduit pour sa capacité à proposer une bonne isolation thermique et phonique. Dans le cadre de l’ITE, il faudra poser des panneaux de cet isolant, d’une épaisseur de 13 cm. On pourra aussi utiliser la laine de verre, proposée dans une épaisseur de 14 cm. La résistance thermique sera comprise entre 30 et 40 mW/m.K.

Notez que pour chacun de ces matériaux, l’utilisation d’un autre matériau avec une bonne résistance à l’eau et à l’humidité sera nécessaire. Il fallait bien un point faible au type d’isolant le plus plébiscité par les français.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

L’utilisation du polystyrène en ITE

Le polystyrène offre lui aussi des performances d’isolation extérieure incontournables pour améliorer les performances de son habitat. Le polystyrène blanc sera généralement vendu sous une épaisseur de 14 cm. Pour le polystyrène graphité, une épaisseur de 12 cm sera suffisante. La différence entre ces deux matériaux réside dans l’intégration de particules de graphite dans le second. Ignifugé, il est très efficace pour isoler.

Pour ce type de matériau, les fabricants indiquent généralement une résistance thermique moyenne de 35 à 40 mW/m.K.

La mousse résolique : un isolant extérieur mince

La mousse résolique est l’isolant extérieur le moins épais. Disposant d’une excellente efficacité pour réduire les échanges thermiques avec l’extérieur, elle se pose simplement, via la fixation de plaques sur une façade. Sa résistance thermique sera généralement comprise entre 18 et 35 mW/m.K. Ce sont des performances honorables, qu’apprécieront ceux qui ne peuvent pas se permettre l’épaisseur de la laine de roche. Il faudra néanmoins être des plus sélectifs sur la qualité des matériaux. Le budget alloué peut ainsi être supérieur à celui observé avec l’utilisation d’autres matériaux.

La mousse résolique dispose d’une excellente efficacité pour réduire les échanges thermiques avec l’extérieur. Elle se pose simplement, via la fixation de plaques sur une façade.

Pourquoi chercher un isolant mince pour l’ITE ?

Mais alors, si les laines minérales sont si efficaces, pourquoi miser sur d’autres matériaux ? Pour certains particuliers, la surépaisseur créée sur les murs extérieurs peut être problématique. Ce sera notamment le cas pour les maisons dont les fenêtres sont déjà renforcées par rapport à la façade. La création d’une épaisseur plus importante, pourrait considérablement réduire la luminosité à l’intérieur de l’habitation.

D’autres critères peuvent par ailleurs motiver le choix d’un isolant. Capacité d’isolation phonique, coût de la pose ou encore résistance thermique peuvent guider les propriétaires d’un bien. L’éligibilité aux aides de l'État est aussi au cœur des préoccupations de nombreuses personnes souhaitant entamer ce genre de travaux.