Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Comment isoler un mur en torchis ?

6 min de lecture

Un mur en torchis doit gérer plusieurs flux : étanchéité à l’air, à la chaleur et à l’humidité. Mais en construction ou en rénovation, cela n’est pas toujours simple d’apporter une solution respectueuse des capacités du matériau. Alors, comment isoler un mur en torchis ? Le principal lors de l’isolation des murs en torchis est de respecter sa régulation naturelle de l’humidité. C’est pourquoi le chanvre est un isolant parfaitement adapté. Explications.

Isolation d’un mur en torchis : des caractéristiques à respecter

Au fil du temps et en fonction des conditions météorologiques de la région, le torchis peut se dégrader plus ou moins rapidement. L’essentiel pour le garder debout est de faire en sorte que l’eau ne stagne pas en bas du mur ni qu’elle ne soit retenue par l’usage d’un mauvais matériau.

Malheureusement, c’est souvent le cas dans les rénovations de bâti ancien : par méconnaissance des produits et des matériaux « naturels », il n’est pas rare de constater l’effondrement d’un mur en torchis à cause de la pose d’un isolant qui l’a étouffé (du ciment par exemple). C’est pourquoi le choix des matériaux qui viennent soutenir et accompagner un mur en torchis n’est pas à prendre à la légère.

Dans ce cas, comment isoler un mur en torchis ? Essentiellement, il suffit de faire le bon choix d’isolant. Pour cela, il est indispensable de connaître les caractéristiques du torchis :

  • Très bonne régulation hygrométrique : le torchis absorbe l’humidité et fait respirer l’habitat. Il n’est pas recommandé de l’associer à un isolant craignant l’humidité.

  • Esthétique charmante : associé au bois, le torchis offre un aspect charmant à votre extérieur. Il serait dommage de ne pas en profiter en choisissant la technique de l’isolation par l’extérieur.

  • Bilan carbone maîtrisé : le torchis ne demande ni transformation ni transport. Il approche du bilan carbone neutre. Pour rester dans une démarche éco responsable, n’utilisez pas d’isolant synthétique.

Vous savez désormais que pour isoler un mur en torchis, il faut privilégier un isolant qui ne craint pas la pluie ou l’humidité et peut se poser en intérieur sans étouffer le torchis.

Comment isoler un mur en torchis : quel matériau utiliser ?

On le disait à l’instant : pour isoler un mur en torchis, il est nécessaire de trouver un isolant thermique qui à la fois ne craint pas l’eau, mais aussi qui ne repousse pas l’humidité. En effet, choisir un isolant perméable expose votre habitation à de la condensation et donc à la détérioration des murs. Dans ce cas, quel isolant thermique répond à ces conditions d’utilisation ?

Le chanvre semble être la solution. Et pour cause, il offre les avantages suivants :

  • Faible conductivité thermique (0.039 à 0.050 W/mK),

  • Absorbe l’humidité et la restitue lorsque l’air intérieur est sec

  • Bonne protection thermique et acoustique, peu importe la saison

  • Produit localement (en France ou en Europe)

Ainsi, pour isoler un mur en torchis, il est tout à fait possible de le coupler avec des panneaux de chanvre. À la fois performante et naturelle, cette solution vous permet de conserver un aspect et une composition naturelle, même en rénovation.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

Qu’est-ce que le torchis ?

Le torchis est un matériau de construction traditionnel, utilisé pour lier les pierres d'un mur ou pour remplir les vides dans les murs d'une maison en colombage.

En règle générale, pour bien réussir la composition d’un torchis, des ratios de base sont à respecter :

  • 3 parts de terre

  • 4 parts de paille

  • 1 part de sable (à savoir que la couleur du sable détermine la couleur de l’enduit)

Ainsi, le torchis est un mélange de paille, de terre, de sable et d’eau. On peut également y ajouter des copeaux de bois pour l’alléger. Naturel, renouvelable, recyclable et sain, le torchis présente de nombreux atouts. De plus, le torchis offre de bonnes dispositions thermiques (entre 0.050 et 0.060 W/mK). Outre son entretien facile, il épouse parfaitement les défauts et n’est pas aussi fragile que le ciment. Intéressant par ailleurs sur le plan économique, il est en plus accessible à mettre en œuvre.