Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Qui est concerné par la précarité énergétique ?

5 min de lecture

La précarité énergétique concerne les personnes qui souffrent du froid dans leur logement ou sont en incapacité de le chauffer correctement à cause de difficultés financières et/ou des propriétés de cet habitat (mauvaise isolation, système de chauffage inadéquat, etc.). On estime qu’en France, 5,6 millions de ménages sont en situation de précarité énergétique, ce qui représente 12 millions de personnes vivraient dans des passoires thermiques et/ou ne pourraient pas se chauffer comme elles le souhaitent, soit un ménage sur cinq (chiffre ONPE). La transition énergétique dans l'habitat doit s’opérer plus que jamais.

La réalité de la précarité énergétique

Pour comprendre qui est concerné par la précarité énergétique, il est utile de se référer à la définition législative de ce phénomène. Elle est issue de la loi Grenelle 2 de 2020 et propose une approche du phénomène :

« Est en situation de précarité énergétique [...] une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat ».

Les ménages concernés par la précarité énergétique

Concrètement, une personne est concernée par la précarité énergétique lorsqu’elle est dans une des situations suivantes :

  • Elle règle le chauffage au strict minimum pour réduire les dépenses énergétiques ;

  • Elle n’utilise plus de système de chauffage car elle ne peut pas honorer les factures ;

  • Les conditions de l’habitat entraînent des déperditions trop fortes de chaleur/énergie.

Un ménage sur cinq est en situation de précarité énergétique selon l'Observatoire national de la précarité énergétique. Ces personnes vivent donc dans des logements qui sont qualifiés de passoires thermiques (système de chauffage et isolation de mauvaise qualité) ou n’ont pas les moyens de se chauffer correctement lorsqu’elles en ont besoin.

C’est le sentiment d’inconfort lié au froid ou encore le montant des dépenses en énergie au regard des revenus disponibles d’un ménage qui servent d’indicateurs pour définir si celui-ci est concerné par la précarité énergétique. Trois grandes données sont évaluées et forment un panier d’indicateurs permettant de suivre la précarité énergétique. Il s’agit du taux d’effort énergétique (TEE), du ressenti au froid (FROID) et enfin de l’indicateur « bas revenus dépenses élevées » (BRDE).

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

La précarité énergétique touche majoritairement les personnes aux faibles revenus

Les principales populations concernées par la précarité énergétique sont les ménages modestes mais également les ménages qui consacrent plus de 10 % de leurs ressources pour chauffer leur logement. Sans oublier ceux qui sont dans l’impossibilité technique d’atteindre une température convenable.

Pour aider les personnes touchées par la précarité énergétique, de nombreuses solutions existent. Elles peuvent prendre la forme d’aides financières directes ou d’accompagnement pour la modernisation du logement. Les gouvernements successifs ont mis en place des audits énergétiques et des conseils en énergie pour appréhender la situation personnelle des ménages et les aider à alléger les factures de manière durable. On note également le développement d’initiatives structurantes comme le soutien aux réseaux de chauffage et de refroidissement urbain pour promouvoir l’énergie produite localement et la rendre plus facilement accessible.

Mais au-delà des travaux sur les réseaux et des mesures de rénovation, le soutien financier direct aux ménages les plus vulnérables reste un pan important. Il permet d’accompagner rapidement les personnes qui souffrent de précarité énergétique en leur évitant de devoir choisir entre se chauffer ou manger.