Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Pourquoi ventiler sa maison ?

5 min de lecture

Vous avez peut-être déjà le réflexe d’aérer votre logement, par exemple en ouvrant les fenêtres le matin afin de renouveler l’air de manière brève pendant quelques minutes. Sachez qu’il est également important de ventiler l’intérieur d’une maison ou d’un appartement pour renouveler en permanence l’air, de jour comme de nuit. Une bonne ventilation permet de garder un air sain et pur. La ventilation permet d’évacuer l’humidité, les polluants, concourant à la bonne santé des occupants. Parcourez tous les conseils en ventilation des experts.

Ventiler sa maison pour renouveler l’air en continu

De nombreuses études ont mis en évidence que l’air intérieur que l’on retrouve dans nos logements est souvent plus pollué que l’air extérieur. Cela s’explique par de nombreux facteurs et notamment par la stagnation de l’air qui n’est pas assez renouvelé. L’humidité peut avoir tendance à s’accumuler, tout comme les polluants issus de l’activité humaine.

Pour y remédier, il est possible d’aérer. En ouvrant en quelques minutes les fenêtres, on apporte un air neuf et frais à l’intérieur. Mais le mieux reste de ventiler sa maison.

La ventilation repose sur le même principe consistant à chasser l’air intérieur et à apporter à la place de l’air frais venu de l’extérieur par création d’un flux. Mais la ventilation permet de mieux répondre à la problématique de la qualité de l’air pour les occupants qu’une simple aération.

  • Ventiler sa maison permet d’évacuer l’humidité émise par la respiration, la sudation et toutes les activités (notamment dans les pièces d’eau) ;

  • La ventilation aide à conserver un air sain qui limite le développement de moisissures ou de dégradations de l’intérieur (murs, plafonds, etc.) ;

  • Un air renouvelé par ventilation est plus agréable à respirer et prévient l’apparition de maladies respiratoires ;

  • Ventiler l’air d’un logement permet d’éliminer les polluants issus de l’activité humaine. Ils peuvent par exemple être émis si vous disposez d’un système de chauffage électrique avec un risque de présence de monoxyde de carbone dans l’atmosphère. Ces polluants se retrouvent aussi dans de nombreux produits comme les colles, les encens ou les produits cosmétiques et même les meubles.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !

Ventiler sa maison : méthode naturelle ou mécanique ?

La ventilation naturelle utilise le principe de la convection de l’air qui, lorsqu’il est plus chaud, a tendance à monter dans une pièce. Si des bouches de sortie sont correctement positionnées, l’air chaud sera chassé, remplacé par de l’air froid apporté par des grilles positionnées en partie basse.

La ventilation naturelle est souvent déjà présente dans les logements anciens, mais ses performances sont limitées. Surtout, on ne peut pas contrôler précisément la quantité d’air renouvelé ni même la qualité de la ventilation effectuée.

La meilleure alternative consiste à sélectionner un système mécanique. Il existe notamment les ventilations mécaniques contrôlées (VMC) à simple ou double flux.

Une VMC simple flux consiste à souffler de l’air extérieur plus froid directement dans le logement et à évacuer l’air chaud vicié. Le même principe que la ventilation naturelle mais avec un extracteur électrique souvent situé dans le grenier qui aspire l’air et génère le phénomène.

Une VMC double flux est plus complexe car elle extrait l’air intérieur qui, par l’intermédiaire d’un échangeur, transmet ses calories à l’air extérieur prélevé. Si les deux flux ne se rencontrent pas, la chaleur de l’air extérieur est transmise à l’air soufflé. On peut donc extraire l’humidité et les polluants, tout en apportant un air chaud. Cette grande différence permet de réduire le besoin de chauffage, l’air soufflé étant à une température plus proche de la température de consigne que l’air extérieur d’une VMC simple flux.