La rénovation énergétique en 2023

La rénovation énergétique, voilà maintenant quelques mois que l’on en entend beaucoup plus parler. Rénover son logement, cela permet de moderniser son habitat, de gagner en confort mais surtout, de réaliser de jolies économies ! Comme l’année dernière, il vous est possible de la prime énergie en 2023 d’un montant conséquent et défini en fonction de votre typologie de travaux. Nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir sur Ma Prime Renov, la prime CEE et les dispositifs financiers similaires.

Aides à la rénovation énergétique

Les aides, subventions et primes à la rénovation énergétique sont nombreuses, et il est facile de s'y perdre. Consultez notre guide dédié pour vous aider dans l'obtention de vos aides.

Aides à la rénovation énergétique 2023

Décret tertiaire

Le décret tertiaire, entré en vigueur en octobre 2019 dans le cadre de la loi ELAN, impose un certain nombre d'obligations de rénovation énergétique pour les bâtiments tertiaires de plus de 1 000 m².

Décret tertiaire en 2023

Labels de performances énergétiques

Des labels existent pour garantir les bonnes propriétés thermiques d'un logement et le valoriser. Pour plus de détails, consultez notre guide.

Labels HPE ou BBC renovation

Je chiffre mes aides

Obtenez en quelques clics une estimation pour vos travaux de rénovation énergétique

Rénovation énergétique : 2023, une année charnière

Massifier la rénovation énergétique dans le secteur résidentiel est l’un des objectifs phares de la stratégie de transition écologique du gouvernement. Si l'année 2022 était charnière en la matière, l'année 2023 le sera encore plus, notamment du fait de l'explosion des prix du chauffage.

Massifier la rénovation énergétique dans le secteur résidentiel est l’un des objectifs phares de la stratégie de transition écologique du gouvernement. Si l'année 2022 était charnière en la matière, l'année 2023 le sera encore plus, notamment du fait de l'explosion des prix du chauffage.

A l’heure actuelle, le résidentiel et le tertiaire constituent le deuxième pôle d’émissions de gaz à effet de serre (GES) et représentent près de 45 % de la consommation finale d’énergie à l’échelle du pays. L’autre constat c’est que parmi ce parc immobilier, on ne compte pas moins de 7 millions de foyers en situation de précarité énergétique et un nombre similaire de logements encore très mal isolés, dont les déperditions énergétiques sont très importantes. Rénover est indispensable.

Pourquoi la rénovation énergétique ne décolle pas ? Malheureusement, du fait de la crise de la Covid-19, nombreux sont les propriétaires qui souffrent d’une baisse de revenus qui, si on la couple à des mensualités et des charges locatives particulièrement élevées, dresse un constat particulièrement sombre. La plupart n’ont tout simplement pas les moyens d’envisager une réfection de leur domicile. C'est sans compter la crise énergétique faisant l'actualité en 2022, suite au début de la guerre en Ukraine. Se chauffer sans se ruiner ? Voilà qui devient d'autant plus difficile en 2023.

Face à ces éléments, atteindre la neutralité carbone en 2050 semble un objectif bien illusoire, sauf à décider de mettre tous les moyens de son côté. Justement, parlons-en.

Transition énergétique : un même élan pour 2023 malgré la crise de la Covid-19 et la crise énergétique ?

Selon Henry Buzy-Cazaux, directeur de l’Institut du Management des Services Immobiliers, à chaque crise ayant affecté de façon négative le volume des transactions immobilières (comme celle de 1991, de 2008 puis celle de la Covid-19), l’entretien et la réhabilitation du parc immobilier s’en sont vues à chaque fois améliorées. En cause notamment une focalisation de tous les acteurs sur l’existant. Un constat vient soutenir cela. En 2020, l’Anah a en effet enregistré +11 % d’activité sur l’ensemble de ses programmes par rapport à l’année 2019 et ce, malgré la crise sanitaire et économique.

Cette forte dynamique s'est aussi constatée en 2021 et en 2022 : elle se poursuivra en 2023 grâce à des moyens exceptionnels, mobilisés notamment grâce à France Relance. L’élargissement de Ma Prime Renov, qui rencontre d’ores et déjà un succès grandissant, va permettre d’accélérer massivement la rénovation énergétique pour tenir les engagements climatiques de notre pays.” - Emmanuelle Wargon

Très concrètement, le plan de rénovation énergétique des bâtiments a déjà prévu en 2022 une revalorisation du budget de l’Anah. Celui-ci a été poussé à 2 milliards d’euros, une valeur inédite et qui révèle bien l’ambition gouvernementale précitée. Cela équivaut au financement de la rénovation d’environ 600 000 logements. Dans le même temps, environ 5 milliards d’euros pour la prime énergie (Certificats d’économie d'énergie) sont prévus sur les 5 prochaines années pour permettre à tous d’entamer une transition énergétique à un coût juste.

Plus récemment, le projet de loi de finances 2023 a acté l'attribution de 2,5 milliards d'euros supplémentaires pour MaPrimeRénov', parmi les 20,5 milliards consacrés au logement. Vous l’aurez compris, en 2023 la rénovation énergétique est loin de représenter un sujet secondaire : elle fait bel et bien partie des priorités nationales en matière d’énergie.

Chiffrez votre rénovation énergétique, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

2023 : rattraper le retard en rénovation énergétique

Une chose est sûre : l’urgence à rénover le bâti en France est toujours d’actualité. Malgré des annonces et des plans qui se multiplient, nous accusons toujours un retard important en matière de rénovation énergétique. « Il y a une inadéquation entre des objectifs très ambitieux et les moyens mis en œuvre pour les atteindre », déplore Vincent Descœur, président de la mission. Plus récemment fin 2022, la Cour des Comptes déplorait quant à elle "le manque d'un pilotage fort et efficace" en matière d'aides à la rénovation énergétique.

A peine 0,2 % des travaux de rénovation énergétique engagés sont des chantiers de rénovation globale. Très faible, et surtout pas à la hauteur du défi que constitue « l’état » du parc immobilier. On estime en effet qu’en France, 94 % des logements affichent une étiquette énergétique inférieure à B.

Ce niveau de performance constitue l’objectif vers lequel les logements doivent pourtant tendre. En effet, les objectifs les plus récents des pouvoirs publics visent à faire passer l’ensemble du parc résidentiel à un niveau « bâtiment basse consommation » d’ici à 2050 (étiquettes A et B). Cela implique environ 700 000 rénovations globales par an à partir de 2030. La nouvelle loi pour les propriétaires d'ici 2025 prévoit une interdiction progressive de mise en location des logements les plus énergivores.

Trop ambitieux ? Les aides (action logement rénovation énergétique et autres) ainsi que l’accès aux dispositifs pourraient évoluer et être plus simple pour dynamiser les travaux de rénovation énergétique.

94 % des logements en France ont une étiquette énergétique inférieure à B.

2023, la qualification RGE par chantier pour MaPrimeRénov'

Depuis le début de l’année 2021, une expérimentation permet de faire appel à des entreprises et artisans non-RGE (Reconnus garants de l’environnement) pour réaliser des travaux éligibles à l’aide publique Ma Prime Renov. Auparavant, il fallait obligatoirement se tourner vers un professionnel qui disposait de ce précieux sésame. Mais sur un total d’environ 500 000 entreprises du bâtiment situées en France, seulement 10 % ont la qualification RGE. Alors, pour ne pas pénaliser les particuliers qui souhaitent se lancer dans les travaux et pour ne pas perdre trop de temps sur les chantiers de rénovation énergétique, cet assouplissement est de bon augure. Mais attention, il ne signifie pas pour autant un abandon de toutes les règles.

  • Le professionnel mandaté doit décrocher une qualification auprès des organismes qui accordent la certification RGE (Qualibat, Qualifelec et Qualit’EnR) avant de se lancer dans le chantier.

  • Il peut réaliser trois chantiers sur une période de deux ans sans avoir la qualification RGE tout en ouvrant le droit au particulier qui le sollicite de bénéficier de l’aide Ma Prime Renov.

  • Le professionnel doit se soumettre à un contrôle à chaque fin de chantier par l’organisme certificateur pour valider les règles de l’art. C’est à cette condition uniquement que le professionnel pourra émettre sa facture.

Cette approche nouvelle baptisée « qualification RGE par chantier » a déjà dynamisé la rénovation énergétique : elle vise à permettre une accessibilité plus forte aux aides à la rénovation énergétique, jusqu'au 31 décembre 2023.

Aides et prêts pour l'amélioration et la rénovation énergétique de l'habitat

Les aides à la rénovation énergétique en 2023 sont nombreuses pour vous accompagner dans l’amélioration des performances énergétiques de votre habitat. Pour mener à bien votre éco-rénovation, vous pouvez faire appel à des aides et autres prêts. Voici la liste des dispositifs proposés en 2023.

Aides financières pour l'amélioration et la rénovation énergétique

  • Aides de l'Anah : Ma Prime Renov Sérénité (pour un projet de rénovation permettant de réaliser une performance énergétique d'au moins 35 %). Cette aide remplace le programme Habiter Mieux et s'est ouverte au grand public depuis le 1er janvier 2022.

  • Prime "Coup de pouce économies d'énergie" : chauffage et isolation (comme la prime rénovation énergétique pour la réfection de toit en 2023). Attention : les Coup de Pouce ont été revus à la baisse voire supprimés au 1er juillet 2021.

  • Prime "Ma Prime Renov sur de très nombreux travaux de rénovation énergétique, du remplacement d’équipements à la réalisation de travaux d’isolation. Le dispositif prévoit aussi le versement d’une aide à la rénovation énergétique copropriété.

Prêts pour l'amélioration et la rénovation énergétique

  • Prêt de la Caf : prêt à l'amélioration de l'habitat

  • Éco-PTZ : il permet de financer des travaux de rénovation énergétique des logements avec un montant compris entre 7 000 € et 30 000 € selon les travaux.

En outre et seulement dans certains cas, il est possible de bénéficier d'une exonération de taxe foncière pour les travaux de rénovation énergétique.

Rénovation énergétique : les nouveaux plafonds de ressources pris en compte en 2023

Vous pouvez bénéficier d'aides de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) pour mener vos travaux d’éco-rénovation. Les taux des aides de l'Anah pour la rénovation de l'habitat s'appliquent à compter du 1er janvier et varient selon vos revenus. Vous pouvez notamment bénéficier d’une aide financière plus importante si vous disposez de revenus modestes ou très modestes. Voici les plafonds de ressources applicables en 2023.

Chiffrez votre rénovation énergétique, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

En 2023, la rénovation énergétique de votre logement vous rend éligible à de nombreux dispositifs financiers. Cela vous permet aussi de profiter de meilleures performances énergétiques et de dépenser moins. Grâce à des travaux ambitieux, il vous est même possible de décrocher des labels haute performance énergétique (HPE) ou BBC rénovation. N’hésitez pas à franchir le cap !