Prime énergie isolation des murs : les aides pour vos travaux de rénovation

L’isolation d’une habitation est en tout point déterminante en termes de confort thermique et d’économies d’énergie. Les murs notamment, sont à eux seuls responsables de 20 à 25 % de déperditions thermiques s’ils sont mal isolés. Pour procéder à leur rénovation, vous pouvez bénéficier d’une prime énergie isolation des murs, accordée dans le cadre de travaux d’amélioration énergétique. Dans cet article, nous passons en revue les critères d’attribution de cette prime énergie isolation !

Financez l'isolation de vos murs avec une éco-prime

Isoler vos murs, c’est créer une barrière thermique protectrice. Vous limitez les ponts thermiques et économisez de l’énergie en été comme en hiver.

  • Entre 300 et 700 € d’économies d’énergie par an

  • L’isolation de vos murs financée jusqu’à 100 €/m²

  • Un confort thermique optimal partout dans la maison

Instantané, gratuit et sans engagement.

Prime Énergie isolation des murs : comment financer vos travaux ?

Le dispositif des primes énergie a été créé en 2005 par le gouvernement, dans un but de réduction de l’empreinte carbone du secteur résidentiel. La prime d’un montant lié aux travaux réalisés est versée au financeur du chantier, sous certaines conditions. Celles-ci sont rassemblées dans la fiche standardisée BAR-EN-102.

Les conditions à respecter pour bénéficier de

la prime à l’isolation des murs

Parmi les conditions à respecter, un critère de résistance thermique notamment : R doit être supérieure ou égale à 3,7 m2.K/W et ce, quelle que soit la technique d’isolation ou les matériaux utilisés. R (ou la résistance thermique) désigne la capacité du matériau à empêcher la chaleur de le traverser. Ainsi, plus R est élevée, plus votre isolation est performante ! Les isolants naturels comme la laine de roche sont les plus utilisés, mais également les isolants recyclés tels que la ouate de cellulose. Cette dernière, comme le polyuréthane, ont un coefficient de résistance thermique particulièrement élevé. Autrement dit, leur performance isolante est également très importante. Quel qu’il soit, l’isolant sélectionné doit répondre à la norme NF EN 45011.

Outre la résistance thermique, l’isolation des murs doit être réalisée dans une habitation principale ou secondaire située en France et achevée depuis plus de 2 ans. Le commanditaire des travaux peut être le propriétaire, le locataire ou encore le copropriétaire du logement (en tant que personne physique ou SCI). La prime lui est versée à la fin des travaux sous réserve de respect de l’ensemble des conditions citées. Le dernier critère à respecter ? Faire appel à un artisan RGE pour ses travaux. Celui-ci a suivi une formation spécifique liée à l’efficacité énergétique des matériaux et aux techniques d’isolation. Cela en fait le professionnel le mieux qualifié pour prendre en charge votre chantier.

Quel est le montant de la prime à l’isolation des murs ?

Le montant de la prime cee isolation murs évolue en fonction de la performance de votre installation. Plus votre isolation est performante et vous permet d’économiser, plus le montant de votre prime énergie sera élevé.

Le montant de la prime énergie en matière d’isolation des murs est généralement calculé comme suit : estimations d’économies d’énergie réalisables (en kWh cumac) x superficie isolée (en m²).

Les économies d’énergie réalisables sont déterminées en fonction de votre emplacement géographique (zones climatiques H1, H2, H3). En zone froide au Nord de la France, isoler vos murs vous permettra de réaliser beaucoup plus d’économies que pour une même isolation en zone très ensoleillée dans le Sud.

L’énergie de chauffage joue également un rôle primordial puisque leur prix diffère fortement : électricité ou combustible ? Ainsi, votre prime énergie sera par exemple plus élevée en zone H1 si vous vous chauffez au combustible et non à l’électricité.

Généralement, la prime isolation mur oscille entre 18 €/m² et 37 €/m² isolé, de quoi bien amortir le coût des travaux ! Pour déterminer le montant précis de votre prime énergie, nous vous conseillons d’effectuer une simulation de prime cee isolation murs auprès d’un ou plusieurs mandataires de la prime. Après signature d’un contrat, ce sont eux qui se chargent de vous la verser selon les modalités prévues. Référez-vous également aux exemples ci-après.

Prime isolation murs intérieurs : les exemples

Pour vous aider à y voir plus clair, voici quelques exemples de primes CEE qu’il vous est possible de percevoir pour une isolation des murs intérieurs.

  • 1 012 € concernant l’isolation 70 m² de murs intérieurs sur une habitation se chauffant à l’énergie électrique (Bouches du Rhône)

  • 2 070 € pour 60 m² de murs intérieurs isolés dans une maison de 100 m² chauffée au gaz naturel (Finistère)

Prime pour l'isolation des murs extérieurs

La prime à l’isolation des murs extérieurs diffère très peu de celle des murs intérieurs. Ce qui importe en majorité, c’est la qualité des matériaux utilisés.

Ci-dessous, retrouvez toutefois quelques exemples de primes :

  • 1 360 € pour 40 m² de murs extérieurs isolés sur une maison chauffée au gaz naturel (Dordogne)

  • 1 557 € concernant 70 m² d’isolation de murs extérieurs dans une maison chauffée à l’électricité (Charente-Maritime)

La prime à l’isolation des murs est généralement d’un montant différent en fonction du partenaire CEE que vous contactez. Comparez plusieurs offres avant de vous lancer !

Chiffrez l'isolation de vos murs, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

Les différentes techniques d’isolation des murs

Comment bien isoler un mur de sorte de limiter les ponts thermiques et réduire la facture de chauffage ? Plusieurs techniques existent et permettent d’atteindre des performances d’isolation thermique et acoustique différentes. On sélectionne la solution adéquate avant tout en fonction de la composition du mur mais également du budget ou encore de la superficie de l’habitation.

L’isolation des murs par l’intérieur ou ITI

L’isolation intérieure de l’habitation consiste généralement en la pose de panneaux isolants, d’un enduit de recouvrement ou encore en le soufflage d’isolant. Celle-ci est idéale lorsque vous souhaitez conserver le cachet extérieur de votre façade et réaliser l’isolation de murs en pierre, par exemple.

Pour réaliser votre isolation intérieure, voici les options qui s’offrent à vous :

  • La pose collée (ou isolation intérieure humide). Il s’agit de coller un doublage de plâtre surplombé d’une couche d’isolant sur le mur intérieur à l’aide d’un mortier adhésif. Assurez-vous que le panneau isolant comporte également un pare-vapeur pour éviter les problèmes de condensation. Le polyuréthane projeté peut également s’avérer une solution si votre mur présente des défauts de planéité. Cette technique est plébiscitée sur les murs en béton, en parpaings ou encore en brique, et les conditions de sa mise en œuvre sont décrites dans le D.T.U. 25.42 (qui a lui-même été révisé simultanément à la RT 2012).

  • La pose sur ossature, principalement utilisée sur les supports métalliques. L’isolant est ici placé derrière les montants de l’ossature. Celui-ci est ensuite recouvert d’un parement.

  • Le soufflage (ou insufflation). Ici, il s’agit de remplir les parois de l’habitation à l’aide d’un isolant sous forme de flocons au moyen d’une souffleuse.

L’isolation intérieure permet une réduction significative des ponts thermiques ainsi qu’une homogénéisation de la température de la maison. Même si elle n’est pas aussi performante qu’une isolation extérieure, l’isolation par l’intérieur répond tout à fait aux conditions des normes d’isolation des murs en vigueur. Réaliser l’isolation de murs selon la rt 2012 vous permet effectivement de bénéficier d’une prime d’un montant généreux.

Aussi, le prix de l’isolation des murs intérieurs (assez bas) est à l’origine de son succès chez les particuliers. Le chantier est moins complexe et nécessite donc moins de main d’œuvre.

L’inconvénient de l’isolation intérieure ? Vous perdez quelque peu de superficie habitable, notamment en cas de pose de panneaux isolants. Pour éviter cela au maximum, veillez à choisir un isolant peu épais sans pour autant faire l’impasse sur le critère de résistance thermique (sans quoi vous ne réaliserez que très peu d’économies d’énergie sur le long terme et vous n’aurez potentiellement pas droit à la prime à l’isolation des murs). Il convient aussi d’être vigilant quant au choix des matériaux, des problèmes de condensation et de tassement pouvant apparaître avec le temps. Choisissez donc des isolants assez denses : laine de bois ou ouate de cellulose insufflée, par exemple.

Soulignons que l’isolation intérieure sera parfois la seule qui s’offrira à vous, notamment dans le cas de l’isolation de murs enterrés...

Bon à savoir concernant la Prime Energie isolation des murs

Parfois, avoir recours à une isolation intérieure est la seule option qui s’offre à vous, notamment lorsque le PLU (plan local d’urbanisme) de votre commune impose certaines normes architecturales dans votre quartier conditionnant le choix des couleurs et / ou des matériaux de la façade. Si c’est le cas, sachez que sous certaines conditions des dérogations sont possibles.

Dans tous les cas, le PLU tout comme les diverses cartes communales sont consultables gratuitement en Mairie mais également sur le site officiel de votre ville.

L’isolation des murs par l’extérieur ou ITE

L’isolation des murs extérieurs (ITE) est idéale pour remettre votre façade au goût du jour tout en réduisant significativement les ponts thermiques de votre habitation (l’enjeu est d’autant plus grand que les murs sont responsables de jusqu’à 10 % des déperditions de chaleur du logement). Grâce à cette solution « 2-en-1 », vous conservez également l’ensemble de vos m² habitables. Le prix en revanche, est un peu plus élevé que pour une ITI : comptez 100 à 150 € TTC/m² en moyenne.

En règle générale, il vous faudra isoler en priorité les façades nord et ouest de votre habitation, moins exposées au soleil mais davantage à la pluie. Réaliser un bilan thermique vous permettra de déterminer avec précision les zones les plus sensibles et perméables à la chaleur, pour mieux orienter vos travaux.

Très concrètement, l’isolation par l’extérieur peut s’effectuer des façons suivantes.

  • Pose d’un enduit (minéral ou végétal, le plus souvent à base de chanvre et de chaux). L’enduit est composé de granulés isolants et vendu en sacs prêt-à-l’emploi. Aussi, l’enduit isolant est plus efficace qu’un bardage pour réduire les ponts thermiques et permet une excellente déshumidification des murs tout en conservant une façade quasiment intacte. Attention néanmoins au prix.

  • Pose de panneaux isolants surplombés d’un bardage (le plus souvent en bois mais également en métal ou PVC). Il s’agit d’une des solutions les plus performantes mais toutefois la moins esthétique. Le bardage peut être cloué, vissé ou encore clipsé sur la façade de l’habitation.

L’avantage avec l’isolation extérieure des murs, c’est que les possibilités de finition sont variées et vous permettent de donner libre court à vos envies (dans le respect de votre budget et des règles d’urbanisme). Le choix des matériaux pour l’isolation murs extérieurs est également assez vaste.

Quelques erreurs à ne pas commettre en matière d’isolation des murs

Ne négligez surtout pas l’étanchéité lors de l’isolation de murs humides ! C’est primordial en cas d’isolation intérieure, puisque la condensation est très facilement présente. La pose d’une membrane avant celle de l’isolant est indispensable.

La deuxième erreur, c’est de vouloir à tout prix réaliser une double isolation des murs en intérieur et extérieur. Vous pouvez tout à fait obtenir d’excellentes performances énergétiques grâce à l’une ou l’autre des options, sans débourser trop. Si vous constatez que les déperditions perdurent, pourquoi ne pas jeter un œil aux autres parties de votre habitation telles que la toiture ou les vitrages ?

Enfin, sachez que la prime à l’isolation des murs est cumulable avec d’autres aides financières nationales et/ou régionales. Bénéficiez notamment d’une réduction de la TVA à 5,5% en rénovation, d’un éco-prêt à taux zéro ou encore de Ma Prime Renov (anciennement crédit d’impôt à la transition énergétique). Renseignez-vous !

Poursuivez votre lecture