Tout savoir sur le chauffe-eau solaire et thermodynamique

Grâce aux importantes améliorations dans l’isolation d’un logement depuis la mise en place de la norme RT 2012, les besoins en chauffage et en énergies fossiles ont considérablement réduit dans les nouvelles constructions. Le poste de chauffage de l’eau sanitaire peut représenter à présent la moitié des dépenses énergétiques en chauffage d’un foyer. Pour remplacer un chauffe-eau électrique classique énergivore, des installations plus performantes comme le chauffe-eau solaire et le chauffe-eau thermodynamique s’imposent largement. L’un exploite l’énergie solaire, l’autre l’énergie de l’air ambiant. Tous deux permettent des économies équivalentes sur la facture d’électricité, mais engendrent un investissement important à l’achat. Heureusement, il est possible de bénéficier de la prime énergie chauffe eau solaire, mais aussi de la prime chauffe eau thermodynamique. Quels critères prendre en compte pour choisir la technologie la plus adaptée à votre projet ? Essayons d’y voir plus clair.

Financez votre chauffe-eau solaire avec la prime énergie

Le chauffe-eau solaire utilise l’énergie solaire gratuite pour répondre à plus de 60 % des besoins du foyer. Performant et économique, il est encore plus rentable grâce aux éco-primes.

  • Jusqu’à 50 % d’économies sur votre facture d'eau chaude

  • Votre chauffe-eau solaire indemnisé jusqu’à 4 000 €

  • Un équipement propre fonctionnant aux énergies renouvelables

Instantané, gratuit et sans engagement.

Norme RT 2012, qu’est-ce que c’est ?

La réglementation RT 2012 porte sur les matériaux et technologies utilisés pour les logements neufs. Pour répondre aux exigences écologiques, les nouvelles constructions doivent réduire drastiquement leur impact environnemental, notamment en réduisant les déperditions de chaleur et les besoins en énergies fossiles polluantes. Un simple chauffe-eau électrique n’est pas à même de couvrir les besoins en eau chaude sanitaire et de répondre en même temps aux exigences en matière de performances énergétiques. Il est voué à être remplacé par le chauffe-eau solaire et le chauffe-eau thermodynamique.

Solaire ou thermodynamique, comment ça marche ?

Thermodynamique

Un chauffe-eau thermodynamique repose sur le fonctionnement d’une pompe à chaleur intégrée. Il récupère la chaleur présente dans l’air naturellement et la transfère à l’eau contenue dans le ballon. Selon l’installation, il y a plusieurs types de chauffe-eaux thermodynamiques : monobloc s’il est à l’extérieur, ou version Split s’il est à l’intérieur. Il peut fonctionner avec des températures extérieures allant de -5 °C à 35 °C. Lorsque les températures deviennent extrêmes ou lorsque les besoins en eau chaude sanitaire augmentent ponctuellement, une résistance électrique prend le relais pour compléter les besoins.

Solaire

Un chauffe-eau solaire capte le rayonnement solaire grâce à des panneaux fixés sur la toiture ou au sol. Ils contiennent un liquide caloporteur qui absorbe la chaleur et la transmet à l’eau contenue dans le ballon grâce à un échangeur thermique. Il y a trois types de chauffe-eaux solaires : monobloc (avec le ballon fixé sur le même châssis que les capteurs), thermosiphon (avec le ballon séparé des capteurs, mais obligatoirement en hauteur par rapport à eux) et à pompe (pour placer librement le ballon dans le logement).

Des économies à la clé

Ils ont en commun d’exploiter une énergie propre et gratuite, à savoir le rayonnement solaire et les calories dans l’air ambiant. Cependant, aucun de ces fonctionnements n’est totalement autonome, puisque dans les deux cas, une alimentation électrique reste nécessaire.

Ces deux types de fonctionnements permettent des économies de 40 à 75 % sur la facture d’électricité. Grâce à la réduction importante de la consommation d’énergie électrique qu’ils permettent, ils donnent tous deux accès aux aides du gouvernement pour financer l’achat.

Pourquoi choisir un chauffe-eau thermodynamique ?

Un local séparé

Il répond parfaitement à une installation en extérieur ou dans une pièce isolée non chauffée comme un cellier ou un garage. En effet, le fonctionnement un peu bruyant peut incommoder. De plus, lors de son fonctionnement, il refroidit l’air ambiant. S’il est situé dans une pièce à vivre, cela engendre des augmentations des besoins en chauffage. Son emprise au sol est réduite et comparable à celle d’une machine à laver. Comptez cependant sur un local d’environ 10 m² pour assurer son fonctionnement.

Une installation simplifiée

Contrairement à l’installation complexe de panneaux solaires et des contraintes d’emplacement inhérentes au chauffe-eau solaire, l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique est relativement simple. Suivant le type de fonctionnement choisi, il suffit d’un raccordement électrique et d’un raccordement d’air grâce à une gaine rigide étanche et isolée.

Un rendement plus régulier

Le fonctionnement de l’appareil est assuré de façon optimale tant que les températures extérieures ne sont pas trop froides ou trop chaudes (vague de froid ou canicule par exemple). Il n’est pas soumis comme le chauffe-eau solaire aux variations de l’ensoleillement selon la météo et les saisons. On conseille le chauffe-eau thermodynamique pour les régions du nord de la France où le taux d’ensoleillement ne permet pas un recours majoritaire à l’énergie solaire.

Un budget abordable pour des performances remarquables

Un chauffe-eau thermodynamique coute environ 2 500 euros, pose comprise et nécessite trois fois moins d’électricité pour le même rendement qu’un chauffe-eau électrique classique. Il est ainsi plus abordable qu’un chauffe-eau solaire dont l’achat et l’installation coutent environ 5 000 euros en moyenne. Éligible à MaPrimeRénov’, il vous permet d’obtenir une aide au financement conséquente selon vos ressources.

Le montant de l’aide atteint jusqu’à 1 200 euros pour les foyers les plus modestes, sans compter les primes cumulables comme les CEE.

Chiffrez votre chauffe-eau solaire, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

Pourquoi choisir un chauffe-eau solaire ?

Des possibilités d’installation variées

Suivant le type de chauffe-eau solaire, vous pouvez séparer le ballon des capteurs ou le placer avec les capteurs à l’extérieur. Les panneaux peuvent être au sol ou fixés à la toiture, du moment que leur orientation et leur inclinaison permettent une exposition optimale au rayonnement solaire. Ainsi, si vous ne disposez pas d’un local pour recevoir un chauffe-eau thermodynamique, vous pouvez opter pour le chauffe-eau solaire et placer indifféremment le ballon dans les combles, le jardin ou une simple buanderie. Son fonctionnement est silencieux et n’entraine pas de refroidissement de l’air ambiant. Cependant, le cout de l’achat et de la pose d’un chauffe-eau solaire à pompe est supérieur à celui d’un chauffe-eau monobloc.

Un rendement excellent selon l’ensoleillement

S’il est tributaire de facteurs comme le taux d’ensoleillement et la longueur des journées, il permet de couvrir les besoins en chauffage de l’eau sanitaire lorsque l’ensoleillement est optimal. Ainsi, si votre logement est situé dans le sud de la France, le chauffe-eau solaire est conseillé, car vous disposez d’une énergie gratuite en abondance sur de longues périodes.

Des aides pour amortir votre investissement

Un chauffe-eau solaire coute plus cher qu’un chauffe-eau thermodynamique. Cependant, le montant des aides disponibles prend en compte cette différence : si vos revenus sont modestes, vous pouvez obtenir jusqu’à 4 000 euros d’aide par MaPrimeRénov’, en plus d’autres aides financières.

Poursuivez votre lecture