Classe 1, 2 ou 3 pour une chaudière bois ?

Une chaudière bois à granulés est répartie selon des classes. Grâce à un affichage obligatoire sur la fiche signalétique de chaque appareil, ces classes 1, 2, 3 voire plus sont un indicateur fiable sur les performances énergétiques, qui est obtenu après de nombreux essais de fonctionnement de l’appareil et le contrôle de ses émissions de particules polluantes. Ces tests permettent d’assurer le bon respect des normes en vigueur concernant cette technologie pour garantir votre sécurité, les performances attendues et un impact environnemental réduit. Plus la classe augmente et plus les exigences liées à ces critères sont élevées. Penchons-nous sur les différences entre ces classes et la façon dont elles affectent votre choix.

Financez votre chaudière bois avec la prime énergie

La chaudière bois à bûches ou à granulés est caractérisée par un excellent rendement, un taux de pollution minimum et une qualité de chauffe parmi les meilleures du marché.

  • Jusqu’à 60 % d’économies sur votre facture de chauffage

  • Votre chaudière bois indemnisée jusqu’à 12 000 €

  • Un équipement propre fonctionnant avec la biomasse

Instantané, gratuit et sans engagement.

Les différences selon les classes de chaudière bois

Norme NF-EN-303.5, le référentiel à connaitre

Elle a été publiée en 1999 et est régulièrement amendée depuis. La norme NF-EN-303.5 impose les exigences les plus récentes en matière d’efficacité thermique et de limitation des émissions polluantes pour les chaudières à chargement solide, dont les chaudières bois. Elle encadre les contraintes de construction, de sécurité et de performance. Les essais peuvent être réalisés par des centres agréés pour assurer la fiabilité des résultats.

Une évolution constante du classement des chaudières bois

Pour faire face à l’urgence climatique et motiver les constructeurs à fournir des dispositifs aussi performants et écologiques que possible, la législation est en constante évolution et impose des exigences de plus en plus contraignantes. Début 2000, les classes 1, 2 et 3 permettaient déjà d’accéder à une offre diversifiée en posant des bases d’évaluation communes. Elles ont permis d’uniformiser les méthodes de calcul des performances énergétiques et écologiques et de quantifier les niveaux de perfectionnement auprès du public. Depuis 2012 notamment, on peut les considérer comme insuffisantes, grâce à la démocratisation des classes 4 et 5, toujours plus performantes et moins polluantes.

Quelques chiffres pour comprendre les classes 1, 2 et 3 d'une chaudière bois

À titre d’exemple, étudions une chaudière bois à chargement manuel dont la puissance est inférieure à 50 kW, qui correspond à la puissance généralement installée dans un foyer individuel.

Les exigences sont plus élevées pour une chaudière bois à chargement automatique. En effet, ce type de fonctionnement va de pair avec un niveau de technologie plus performant, qui permet d’atteindre une efficacité thermique beaucoup plus grande. De fait, une chaudière bois à chargement automatique d’une puissance inférieure à 50 kW de classe 1 rejette 15 000 mg de CO par m3. Une classe 3 ne doit pas en rejeter plus de 3 000 mg ! La différence est encore plus significative en observant les classes 4 et 5, les plus performantes : une classe 4 ne rejette que 1 000 mg C0/m3 et une classe 5 seulement 500 mg !

À chargement manuel, une chaudière bois classe 3 rejette 5 000 mg de CO par m3, contre 25 000 mg de CO par m3 pour une classe 1 !

Quel est l’impact de la classe d'une chaudière bois sur le logement ?

Confort thermique

Plus la classe est élevée, plus la qualité de l’appareil augmente et avec elle son autonomie, ses performances et sa durabilité. Une chaudière classe 5 est plus perfectionnée qu’une classe 2. Elle est nettement moins gourmande en combustible pour couvrir vos besoins en chauffage. Cela permet de réduire la fréquence d’alimentation en bois. Ce dernier point est particulièrement appréciable pour une chaudière à buches à chargement manuel.

Grâce à des programmes intelligents, le rendement est optimisé et adapté précisément aux besoins à couvrir.

DPE lié à la classe de votre équipement de chauffage

Les classes 1, 2 et 3 sont obsolètes aujourd’hui, compte tenu de l’amélioration significative des performances énergétiques des derniers modèles de chaudières bois et des exigences légales. Il est essentiel d’anticiper l’évolution de cette législation pour faire le diagnostic de performance énergétique du logement. Ce DPE, dont le résultat doit figurer sur les annonces immobilières, vous informe sur la consommation énergétique et l’impact environnemental du logement. Il vous informe ainsi sur le niveau de confort thermique que vous pouvez espérer et sur le montant de vos factures énergétiques pour couvrir vos besoins en chauffage et en climatisation. Il porte sur la qualité de l’isolation, mais aussi sur les performances de l’installation de chauffage. Une chaudière bois avec un rendement médiocre entraine une consommation élevée en combustible et des rejets importants de particules et de gaz nocifs.

Chiffrez votre chaudière bois, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

Aujourd’hui, on vise au minimum la classe 5 pour une chaudière bois

Une chaudière bois appartenant à la classe 5 propose les meilleures performances thermiques et écologiques accessibles aujourd’hui sur le marché. La classe 5 est une condition essentielle pour être éligible aux nombreuses aides au financement par l’État. Elle est également indispensable pour bénéficier des CEE (certificats d’économies d’énergie) délivrés par les fournisseurs d’énergie selon divers critères, notamment les performances énergétiques de l’appareil souhaité.

Flamme Verte, jusqu’à la classe 7 étoiles pour les chaudières bois les plus performantes !

À présent, le label Flamme Verte ne porte que sur les dispositifs appartenant soit à la classe 4 soit à la classe 5. Les classes 1, 2 et 3 ne sont plus prises en compte depuis 2012, car bien trop peu performantes. Créé en 2000, ce label français vise à assurer le respect des plus hautes exigences de qualité en matière de performances et de respect de l’environnement pour les appareils de chauffage au bois. Depuis 2018, ce label assure un rendement supérieur à 80 % pour les chaudières à chargement manuel de classe 5 et les niveaux les plus bas de rejets de particules fines et de monoxyde de carbone. Il garantit ainsi que l’appareil est éligible aux aides financières. Flamme Verte a récemment instauré son classement avec les classes 6 et 7 étoiles pour préparer aux prochaines exigences imposées en 2022. La classe 7 correspond ainsi aux normes les plus strictes, notamment avec une limite de 0,12 % d’émissions de monoxyde de carbone. Le rendement pour les classes 6 et 7 doit être au minimum de 87 %.

Poursuivez votre lecture