Normes d'isolation des murs : la réglementation à connaître pour vos travaux

L’isolation d’un logement, quel que soit son type, permet de lutter contre le changement climatique tout en réduisant le montant des factures de chauffage. Il s’agit d’un investissement à long terme qui apporte une réelle amélioration énergétique au logement. Ce genre de travaux est d'ailleurs indemnisable au titre d'aides financières de l'Etat comme la prime énergie isolation des murs.

L’isolation des murs doit prendre en compte les objectifs de la RT 2012 (réglementation thermique 2012) et respecter ses exigences qui seront ensuite remplacées par celles de la RT 2020. Un mur conforme à la réglementation thermique 2012 doit avoir un isolant doté d’une certaine résistance thermique et d’une épaisseur spécifique qui permet de limiter les ponts thermiques tout en étant étanche aux infiltrations d’air. Détail des normes sur l'isolation des murs.

Financez l'isolation de vos murs avec une éco-prime

Isoler vos murs, c’est créer une barrière thermique protectrice. Vous limitez les ponts thermiques et économisez de l’énergie en été comme en hiver.

  • Entre 300 et 700 € d’économies d’énergie par an

  • L’isolation de vos murs financée jusqu’à 100 €/m²

  • Un confort thermique optimal partout dans la maison

Instantané, gratuit et sans engagement.

Tout savoir sur

la RT 2012

La RT 2012, ou réglementation thermique 2012, s’inscrit dans la volonté de réduire la dépense énergétique des bâtiments en France. Saviez-vous que le secteur du bâtiment représentait 42 % de la consommation énergétique totale et 23 % des émissions de gaz à effet de serre en 2020 ? Depuis la RT 1974, les différentes réglementations thermiques visent à lutter contre ces chiffres encore élevés à l’heure actuelle. D’ailleurs, la RT 2012 succède aux RT 2005, 2000, 1998 et 1974.

Les objectifs de cette norme

L’objectif principal de la RT 2012 est tout simplement d’instaurer un plafond de consommation d’énergie primaire pour toutes les constructions. Dans le cadre de cette norme, la valeur de ce plafond est de 50 kWhep/(m².an). Cela permet donc de bénéficier d’une économie d’énergie conséquente, même si le respect de la RT 2012 entraîne généralement une hausse de 10 % des coûts de construction.

Norme pour l'isolation des murs : Les exigences à respecter

Les exigences de la réglementation thermique 2012 sont réparties dans trois catégories différentes pour les constructions neuves. À ce sujet, il est important de rappeler que la RT 2012 s’applique uniquement aux nouveaux bâtiments ou du moins aux nouvelles parties de bâtiments depuis le 1er janvier 2013. Ainsi, si vous rénovez votre logement sans ajouter de surface habitable, vous devez respecter la réglementation thermique qui était alors en place lors de sa construction. Les trois catégories d’exigences sont l’efficacité énergétique, la consommation énergétique et le confort en été lorsque la climatisation n’est pas allumée.

D’une part, l’efficacité énergétique s’exprime avec le coefficient « Bbio » dont la valeur doit toujours être inférieure à celle de « Bbio max ». Ce coefficient varie en fonction des régions. Pour vous donner un exemple, le coefficient « Bbio max » a une valeur de 72 à Paris, mais de 42 sur la Côte d’Azur. L’efficacité énergétique de votre logement dépend de plusieurs critères comme l’intensité de la climatisation, le type d’éclairage utilisé et même le type de chauffage installé.

D’autre part, la consommation énergétique de votre logement s’exprime par le biais du coefficient « Cep ». Il mesure la consommation annuelle du bâtiment au mètre carré avec l’éclairage, l’eau chaude sanitaire, la climatisation, les ventilateurs, le chauffage et d’autres critères. De même que pour l’efficacité énergétique, la valeur du coefficient « Cep » ne doit jamais dépasser celle de « Cep max » qui est de 60 à Paris et de 40 sur la Côte d’Azur, à titre d’exemple.

Enfin, le confort de votre logement en été lorsque la climatisation n’est pas allumée se définit par le coefficient énergétique « Tic ». Ce dernier représente la Température Intérieure Conventionnelle d’un bâtiment non climatisé en été. Cette température varie en fonction de votre zone climatique. Elle ne doit pas dépasser la température mesurée dans les locaux d’un bâtiment après cinq jours consécutifs sans climatisation.

Qu’en est-il de la RT 2020 ?

La réglementation thermique 2020 devait entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2021 comme cela est généralement le cas. Néanmoins, son implémentation a finalement été décalée à l’été 2021. Ainsi, tous les chantiers démarrant avant l’été 2021 doivent respecter la RT 2012 jusqu’à l’arrivée de la réglementation thermique 2020. D’ailleurs, la différence principale de cette nouvelle norme est qu’elle fixe une dépense énergétique inférieure à 0 kWhep/(m².an) pour les bâtiments à énergie positive et égale à 0 kWhep/(m².an) pour les maisons passives.

Chiffrez l'isolation de vos murs, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

Comment s'assurer de la conformité de son chantier à la RT 2012 ?

Les murs de votre logement doivent proposer une certaine isolation pour être conformes à la réglementation thermique 2012. Il s’agit de respecter une résistance thermique minimale, de maintenir une épaisseur spécifique du matériau isolant, de limiter les ponts thermiques et d’assurer l’étanchéité aux infiltrations d’air. De plus, il faut garder à l’esprit que la RT 2012 ne concerne pas uniquement les murs de votre logement, mais l’ensemble de celui-ci puisqu’elle permet d’améliorer la performance énergétique globale.

La résistance thermique

La résistance thermique « R » de l’isolant des murs de votre logement s’exprime en m².K/W. Sa valeur permet de mesurer la capacité de l’isolant à résister au flux de chaleur, ce qui garantit une meilleure isolation en hiver pour conserver la chaleur à l’intérieur, mais aussi en été pour conserver la fraîcheur. Ainsi, plus la valeur de « R » est élevée, plus le matériau choisi offre une bonne isolation.

Dans le cadre de la réglementation thermique 2012, la résistance thermique des murs extérieurs doit toujours être comprise entre 3 et 9 m².K/W. Elle peut être améliorée en augmentant l’épaisseur du matériau isolant ou en réduisant la conductivité thermique de ce dernier. La conductivité thermique sert d’ailleurs à déterminer la faculté de l’isolant à conduire la chaleur. Ainsi, plus la valeur de la conductivité thermique est élevée, moins l’isolant est efficace.

L’étanchéité aux infiltrations d’air

Des murs conformes à la réglementation thermique 2012 sont automatiquement davantage étanches aux infiltrations d’air. La valeur de la perméabilité maximale globale à l’air de votre logement est de 0,6 m3 par heure et par unité de surface habitable, soit de 0,6 m3/h.m² pour les maisons. Tandis que les ponts thermiques peuvent être responsables de 40 % de la consommation de chauffage, les infiltrations d’air dans votre logement peuvent causer jusqu’à 50 % de surconsommation d’énergie pour alimenter le chauffage.

L’épaisseur de l’isolant

L’épaisseur de l’isolant des murs extérieurs doit être comprise entre 8 et 30 cm pour être conforme à la RT 2012. Bien entendu, certains isolants sont plus performants que d’autres. Un matériau d’une épaisseur de 8 cm peut donc tout à fait offrir une meilleure isolation qu’un autre matériau dont l’épaisseur est de 10 cm ou plus.

Limitation des ponts thermiques

Au sein de votre logement, les ponts thermiques sont responsables de 40 % au maximum de la consommation de chauffage. L’isolation des murs extérieurs doit donc permettre de limiter ces ponts thermiques. Pour y parvenir, il est nécessaire de respecter l’épaisseur et la résistance thermique recommandées.

Poursuivez votre lecture