Isolation des murs enterrés, le détail pour de bonnes performances thermiques

L’isolation thermique d’une maison garantit un confort de vie optimal pour tous les occupants. Cette amélioration énergétique représente aussi l’une des solutions pour lutter efficacement contre le changement climatique. En France, le secteur du bâtiment était responsable de 42 % de la consommation énergétique et de 23 % des émissions de gaz à effet de serre en 2020. Outre les murs extérieurs et la toiture, les murs enterrés, aussi appelés murs de soubassement, doivent être correctement isolés pour résister à l’humidité et aux infiltrations d’eau. Tout comme les murs extérieurs, les murs enterrés peuvent être isolés par l’intérieur et par l’extérieur. Apprenez-en plus sur l'isolation des murs enterrés !

Financez l'isolation de vos murs avec une éco-prime

Isoler vos murs, c’est créer une barrière thermique protectrice. Vous limitez les ponts thermiques et économisez de l’énergie en été comme en hiver.

  • Entre 300 et 700 € d’économies d’énergie par an

  • L’isolation de vos murs financée jusqu’à 100 €/m²

  • Un confort thermique optimal partout dans la maison

Instantané, gratuit et sans engagement.

Les murs enterrés, qu'est-ce que c'est ?

Comme leur nom l’indique, les murs enterrés correspondent à la partie inférieure d’une maison qui est partiellement ou complètement enterrée. Cette partie est spécifiquement appelée le soubassement. Les murs enterrés reposent donc directement sur les fondations de la maison. Ils s’étendent des fondations jusqu’au niveau du plancher bas. Ces murs sont ainsi essentiels pour soutenir les murs porteurs, mais aussi les murs de façade.

Il existe trois types de soubassements. Le premier est le soubassement de type hérisson qui est le moins coûteux à réaliser, puisque le sol du rez-de-chaussée de la maison est directement posé sur les fondations. Ensuite, le soubassement de type vide sanitaire est utilisé pour limiter les risques d’inondations et d’infiltrations d’eau en laissant un espace de 20 cm au minimum entre le sol et les fondations. Enfin, le dernier est le soubassement de type sous-sol. Bien qu’il soit très répandu, il s’agit également du type le plus coûteux puisqu’il est nécessaire de creuser le sol afin d’aménager de l’espace habitable.

Pourquoi faut-il isoler les murs enterrés ?

Un mur enterré représente évidemment davantage de contraintes qu’un mur extérieur, par exemple. Il doit être capable de résister à la pression hydrostatique de l’eau quand il est situé plus bas que le niveau de la nappe phréatique. En plus de devoir être résistants à l’eau, les murs de soubassement doivent aussi présenter une protection thermique. En effet, ils sont directement en contact avec le froid du sol.

Des murs de soubassement mal isolés peuvent être à l’origine de l’apparition de ponts thermiques. Ces derniers sont alors responsables de déperditions thermiques plus ou moins conséquentes. À titre d’exemple, les combles peuvent représenter jusqu’à 30 % de déperditions thermiques tandis que les murs extérieurs peuvent en représenter jusqu’à 25 % et le plancher jusqu’à 10 %. De manière générale, les déperditions thermiques au niveau des murs enterrés peuvent représenter entre 5 et 10 % du total des pertes de chaleur.

Pour une maison, les pertes de chaleur ont plusieurs conséquences. Tout d’abord, cela impacte le confort de vie des occupants de la maison en le dégradant. D’ailleurs, une mauvaise isolation ne se ressent pas qu’en hiver, mais aussi en été lorsque la fraîcheur n’est pas conservée à l’intérieur de la maison.

Ensuite, les déperditions thermiques d’une maison entraînent une surconsommation d’énergie puisqu’il faut généralement augmenter la puissance du chauffage pour pallier les pertes de chaleur. Cette surconsommation entraîne alors une augmentation du montant de votre facture de chauffage. L’isolation des murs de soubassement permet ainsi de réaliser des économies d’énergie.

Chiffrez l'isolation de vos murs, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

Comment faut-il isoler les murs enterrés ?

L’isolation des murs enterrés d’une maison peut se faire de deux manières. Comme pour les murs extérieurs, les murs de soubassement peuvent être isolés par l’intérieur ou par l’extérieur. De manière générale, il est toujours fortement recommandé d’isoler les murs enterrés par l’extérieur. En effet, cette méthode est de loin la plus performante. Elle est donc conseillée pour les constructions neuves. Quant à l’isolation des murs enterrés par l’intérieur, elle est plus adaptée aux rénovations d’anciennes maisons, par exemple.

Isoler ses murs enterrés par l'intérieur

L’isolation des murs enterrés par l’intérieur est une solution moins coûteuse, mais son inconvénient principal est la perte d’espace habitable, outre ses performances de protection thermique inférieures à celles d’une isolation par l’extérieur. Si votre maison a été construite sans prendre en compte l’isolation du soubassement, vous devez maintenant isoler les murs enterrés par l’intérieur. Cependant, il faut d’abord faire attention à régler les problèmes d’étanchéité avant de procéder à l’isolation des murs enterrés par l’intérieur. En effet, l’humidité nuit à la stabilité et à la solidité d’une construction.

Il existe plusieurs manières de faire l’isolation par l’intérieur. La pose d’une double cloison en bois ou en métal ou la pose d’une plaque de parement contre la face intérieure du mur enterré sont parmi les méthodes les plus courantes. En ce qui concerne l’isolant de la double cloison ou de la plaque de parement, plusieurs matériaux tels que la laine de roche, la laine de verre ou encore la mousse phénolique se retrouvent souvent dans l’isolation des murs enterrés par l’intérieur.

Isoler ses murs enterrés par l'extérieur

Pour les constructions neuves, l’isolation des murs enterrés par l’extérieur est toujours la solution la plus adaptée, puisqu’elle offre la meilleure protection thermique tout en évitant de perdre de la surface habitable. Les isolants utilisés sont de types simples ou complexes.

Les isolants simples sont les matériaux à base de polystyrène extrudé qui peuvent facilement se coller aux murs enterrés. Quant à eux, les isolants complexes sont composés de plusieurs couches. Celles-ci contiennent des matériaux anti-compression, des matériaux isolants et des systèmes d’étanchéité.

Parmi les matériaux les plus utilisés, la chaux, le chanvre et le liège expansé permettent d’isoler les fondations tout en évitant les infiltrations d’eau.

Bien entendu, la face extérieure des murs enterrés doit toujours être recouverte d’un enduit pour résister à l’humidité du sol.

Poursuivez votre lecture