Que pensent les consommateurs des radiateurs à inertie comme chauffage ?

Un radiateur à inertie est un investissement important. Pour un appareil de qualité offrant une programmation performante, il faut compter, suivant la puissance, entre 300 euros et plus de 1 000 euros. Plus cher que les autres types de radiateurs électriques, il doit répondre aux attentes des utilisateurs sur le plan du confort thermique et de la consommation énergétique. Heureusement, il est possible de profiter de la prime énergie radiateur à inertie. Qu’en est-il véritablement de l’indice de satisfaction des utilisateurs ? Nous allons aborder les principaux points qui font des radiateurs à inertie les meilleurs radiateurs sur le marché actuellement et qui garantissent une satisfaction à l’utilisation.

Financez votre radiateur à inertie avec la prime énergie

Le radiateur à inertie restitue la chaleur accumulée même une fois éteint. Il produit une qualité de chauffe homogène et consomme très peu. Bénéficiez d’une prime pour son installation !

  • Jusqu’à 35 % d’économies sur votre facture de chauffage

  • Jusqu’à 110 € de prime par radiateur à inertie

  • Une chauffe rapide et un rendement proche des 100 %

Instantané, gratuit et sans engagement.

Les radiateurs à inertie : des équipements appréciés par les consommateurs

Un rapide passage sur les forums dédiés aux travaux de rénovation ou aux conseils en bricolage confirme le retour très positif des propriétaires ou simples utilisateurs de radiateurs à inertie.

On y trouve fréquemment la confirmation de leur qualité de chauffe et de leur facilité d’utilisation. Pourtant plus cher que ses homologues classiques, le prix d’un radiateur à inertie y est présenté comme un bon investissement. Le radiateur est « rentable », la dépense rapidement « amortie ». Et le confort thermique fourni est à la hauteur du prix demandé.

Les radiateurs à inertie procurent un excellent confort thermique

C’est la principale revendication pour l’acquisition d’un radiateur à inertie. Le confort qu’il fournit est inégalé. Grâce à la restitution lente de la chaleur emmagasinée, l’air ambiant ne subit pas de variations notables de température. En effet, un radiateur classique monte en température et s’arrête de fonctionner une fois la température demandée atteinte, sans avoir stocké de chaleur durant ce processus. Cela peut entrainer une brusque baisse de température entre deux cycles de chauffe, ainsi qu’une montée en chaleur assez agressive à l’allumage.

Le chauffage à l’inertie se fait en douceur. Il chauffe plus lentement au départ. C’est de cette lenteur que dépendent son inertie et sa capacité à se refroidir très lentement une fois qu’il n’est plus soumis à une alimentation électrique. Grâce au rayonnement qui diffuse cette chaleur sur de longues durées, toutes les conditions sont remplies pour une chaleur douce et homogène.

Les radiateurs à inertie sont robustes et durables

Un radiateur à inertie est un appareil solide qui durera plusieurs décennies lorsqu’il fonctionne dans des conditions adaptées. Dès lors que sa puissance est bien en rapport avec les caractéristiques de la pièce à chauffer et qu’il est correctement installé, l’investissement à l’achat est amorti au long terme. Le fonctionnement d’un radiateur à inertie est relativement simple, ce qui implique peu de dysfonctionnements. À inertie sèche, le cœur de chauffe est un matériau dense, massif et hautement réfractaire. À inertie fluide, c’est un liquide caloporteur qui accumule la chaleur et la répartie dans le corps de chauffe, souvent lui-même composé d’un matériau réfractaire. Un boitier permet d’ajouter une technologie capable d’affiner le fonctionnement de l’appareil pour un rendement optimal et éviter une usure inutile à cause d’une utilisation inadaptée.

Les radiateurs à inertie sont économes en énergie

  • Un radiateur à inertie consomme autant d’électricité qu’un radiateur électrique classique pour fournir la même quantité d’énergie. Mais la spécificité d’un radiateur qui fonctionne à l’inertie est de pouvoir accumuler cette chaleur grâce aux propriétés réfractaires de son cœur de chauffe ou au liquide caloporteur qui le parcourt. En emmagasinant l’énergie produite, il la libère sur une période plus longue même quand l’appareil cesse de fonctionner parce qu’il est éteint ou parce que le cycle de chauffe s’est arrêté. Il continue ainsi à fournir le confort thermique demandé tout en espaçant les cycles de chauffe énergivores.

  • Grâce aux innovations technologiques, le chauffage produit par les radiateurs à inertie s’apparente presque à un chauffage central. En effet, vous pouvez programmer l’appareil selon de nombreux modes qui permettent une personnalisation optimale et un fonctionnement parfaitement adapté à votre situation. Le fonctionnement peut être programmé pour accumuler la chaleur principalement la nuit pendant les heures creuses afin de la restituer dans la journée sans nécessiter une électricité plus chère. Certains appareils peuvent détecter l’ouverture d’une fenêtre et ralentir leur consommation temporairement. Le fonctionnement de l’appareil est optimisé pour n’utiliser que l’énergie nécessaire pour fournir le confort de chauffe demandé.

Un air intérieur sain grâce aux radiateurs à inertie

Un radiateur à inertie classique ne souffle pas l’air chaud dans la pièce. Sa chaleur par rayonnement évite ainsi de projeter dans l’air ambiant des poussières et autres allergènes qui peuvent nuire aux voies respiratoires. De plus, le fonctionnement à inertie permet de conserver un taux d’hygrométrie idéal dans la pièce. Le radiateur n’assèche pas l’air contrairement à d’autres modèles électriques et contribue ainsi au confort ambiant.

Pour ces raisons, le radiateur à inertie sèche est souvent recommandé pour une chambre à coucher, d’autant plus qu’il est particulièrement silencieux. On peut entendre parfois le liquide caloporteur circuler au début du cycle de chauffe d’un radiateur à inertie fluide.

Chiffrez vos radiateurs, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

Les points faibles des radiateurs à inertie

  • Fuites du liquide caloporteur d’un radiateur à inertie fluide : Ce désagrément est souvent causé par une mauvaise installation initiale de l’appareil, un appareil bas de gamme ou dont la puissance a été sous-évaluée par rapport aux besoins en chauffe (le condamnant à un fonctionnement en surrégime constant).

  • Poids et taille imposants : la capacité d’inertie dépend directement de la masse du corps de chauffe dans lequel la chaleur doit être stockée. De fait, un radiateur à inertie est plus imposant et plus lourd que ses homologues classiques. Un radiateur à inertie fluide permet plus de finesse dans sa construction avec des modèles assez compacts, mais il reste lourd. Grâce à l’existence de nombreux formats adaptés à toutes les configurations possibles de la pièce, le radiateur à inertie peut se faire discret, mais est toujours plus visible dans la pièce qu’un modèle classique.

  • Lenteur de la montée en chauffe : Ce reproche porte souvent sur une utilisation dans une salle de bain ou une pièce qui nécessite un chauffage d’appoint ponctuel. Les thermostats intelligents permettent de pallier cet inconvénient en programmant l’horaire d’utilisation de la pièce à l’avance.

Poursuivez votre lecture