La chaudière biomasse à cogénération ou microcogénération

Dans la mouvance écologique moderne et en accord avec les objectifs de transition énergétique, la chaudière biomasse à microcogénération commence à faire son apparition sur le marché du chauffage résidentiel individuel. Ces équipements innovants, éligibles à la prime énergie chaudière biomasse, offrent de hautes performances en s’appuyant sur une matière première issue de ressources renouvelables. 

Financez votre chaudière biomasse avec la prime énergie

La chaudière biomasse utilise les bûches/granulés pour produire de la chaleur propre à moindre coût. Son rendement dépasse de loin celui des autres chaudières du marché !

  • 3x plus d’économies d’énergie par rapport à une chaudière haute performance

  • Une qualité de chauffe 5 fois supérieure à la moyenne du marché

  • Votre chaudière biomasse indemnisée jusqu’à 12 000 €

instantané, gratuit et sans engagement.

Qu'est-ce que la cogénération ?

La cogénération est une technique visant à produire deux types d’énergie en même temps, à partir d’un seul combustible.  

Par défaut, dans une chaudière, on transforme le combustible en énergie thermique en le brulant. Ainsi, on peut réchauffer l’eau et alimenter le réseau de chauffage et d’eau chaude sanitaire du logement. Lorsque la chaudière est dotée d’un mécanisme de cogénération, elle utilise d’une part l’énergie thermique pour la production d’eau chaude, et d’autre part elle exploite la vapeur pour faire tourner un alternateur qui génère de l’énergie électrique. On peut donc dire qu’une chaudière à cogénération crée de l’énergie thermique et de l’électricité à partir d’une seule et même ressource.  

Les individus qui installent une chaudière à cogénération pour leur habitation ont le choix entre consommer eux-mêmes l’électricité produite ou la revendre à un fournisseur d’électricité.

La cogénération permet donc de faire diminuer de façon sensible les factures, à la fois de chauffage et d’électricité. 

Quelle est la différence entre cogénération et microcogénération ?

On sépare la cogénération en plusieurs groupes, qui dépendent de la puissance électrique produite par les équipements.  

La cogénération est le terme employé pour les puissances supérieures à 500 MWe, qui correspondent surtout aux réseaux de chaleur et aux chaudières industrielles à cogénération. 

La minicogénération s’applique pour les outils de puissance intermédiaire, comprise entre 36 et 250 kWe. On trouve surtout des chaudières à minicogénération dans les exploitations agricoles de taille moyenne. 

Enfin, la microcogénération représente le cœur de marché des particuliers, puisqu’elle désigne des équipements à la puissance modeste, comprise entre 0,1 et 36 kWe. Ces valeurs de puissances correspondent aux besoins d’un logement individuel indépendant.  

Quels sont les spécificités

des chaudières biomasse à cogénération ?

Une chaudière biomasse utilise un combustible issu de ressources naturelles et renouvelables comme le bois ou ses dérivés pour produire de l’énergie thermique et alimenter en eau chaude sanitaire et en chauffage un bâtiment. Les chaudières biomasse à cogénération destinées aux particuliers, qui sont donc des modèles de microcogénération, sont parfois considérées comme des chaudières électrogènes, puisqu’elles génèrent à la fois de l’énergie thermique et de l’énergie électrique à partir de la biomasse.

Alors que les grandes chaudières à cogénération sont dimensionnées pour produire avant tout de l’électricité, les chaudières individuelles à microcogénération prévoient d’assurer l’autosuffisance du logement en chauffage et en électricité, mais elles n’ont pas la puissance nécessaire pour réellement générer des gains financiers importants grâce à la revente du surplus d’énergie.

En temps normal, la production électrique des principaux fournisseurs est issue de grandes centrales qui déplorent essentiellement des pertes au niveau de la chaleur qui s’évacue dans l’atmosphère et lors du transport de l’énergie. Les chaudières biomasse à microcogénération permettent d’éviter les pertes de transport, grâce à leur présence à proximité immédiate du lieu de consommation. En complément, la microcogénération utilise les gaz chauds en excès pour les transformer en énergie.

Calculez le montant de votre prime

Gratuit et sans engagement

Avantages et inconvénients d'une chaudière biomasse à microcogénération

Les chaudières biomasse à microcogénération offrent plusieurs avantages, essentiellement économiques et écologiques .

Les + de la microcogénération

  • Elles offrent un rendement élevé, qui peut atteindre jusqu’à 90 %.  

  • Elles exploitent au maximum les ressources disponibles, en générant deux types d’énergies différents. 

  • Elles sont alimentées par une matière première issue de la biomasse, ce qui réduit considérablement les émissions polluantes et participe activement à la transition énergétique. 

  • Les buches de bois, les plaquettes et les granulés sont moins chers, à production énergétique équivalente, que les combustibles issus du pétrole. 

  • Elles aident à décentraliser la production électrique et permettent aux propriétaires de générer leur énergie de façon autonome en milieu résidentiel. 

  • Elles existent en dimensions et capacités variables, adaptées à tous les logements. 

  • Elles permettent de réaliser des économies importantes sur les factures d’énergie domestiques.  

Si le bilan général des chaudières biomasse à microcogénération est positif face à leurs homologues fonctionnant au fioul ou au gaz, elles ne sont pas pour autant exemptes de défauts .

Les - de la microcogénération

  • Leur prix à l’installation est très élevé (de l’ordre du double de celui d’une chaudière au gaz de puissance équivalente). 

  • Il est parfois nécessaire d’adapter la zone d’accueil (renforcement de la dalle, construction d’une cheminée d’évacuation, accessoires de stockage et de ventilation) et ces travaux sont couteux. 

  • Il s’agit d’un produit avant-gardiste, dont la part de marché reste minime. Le nombre d’entreprises capables d’assurer l’installation et la maintenance des chaudières biomasse à microcogénération est donc limité. 

Poursuivez votre lecture