Quelle norme respecter pour l’isolation du plancher bas ?

L’isolation du plancher bas de votre logement est cruciale pour éviter des déperditions thermiques plus ou moins conséquentes. Selon les chiffres communiqués par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), le plancher bas d’un bâtiment représente entre 7 et 10 % de pertes de chaleur. De plus, un plancher mal isolé est responsable de la dégradation du confort de vie des occupants du logement. Si vous vous lancez dans le projet d’une maison neuve, vous devez respecter la réglementation thermique 2012 ou 2020 pour la construction, dont l’isolation du plancher bas. Cette rénovation est éligible à une prime isolation plancher bas. Vous retrouverez plus de détails sur les réglementations thermiques concernant l’isolation du plancher bas dans cet article.

Financez l'isolation de votre plancher bas avec une éco-prime

L’isolation du plancher bas vous permet de limiter les déperditions thermiques et de bénéficier d’une éco-prime !

  • 7 à 10 % d’économies sur votre facture d’énergie annuelle

  • L’isolation du plancher indemnisée entre 5 et 9,5 € pour tous les ménages

  • Un confort thermique supérieur dans toutes les pièces

Instantané, gratuit et sans engagement.

Faut-il respecter une norme spécifique pour l’isolation du plancher bas ?

La réglementation thermique 2020 devait être mise en place dès le 1er janvier 2021. Néanmoins, son entrée en vigueur a été décalée à l’été 2021. D’ici là, la construction de tous les bâtiments neufs destinés à l’habitation doit respecter la RT 2012. Ensuite, la RT 2020 lui emboîtera le pas au cours de l’année 2021.

En cas de rénovation, la norme s’applique uniquement si vous ajoutez de l’espace habitable en créant une nouvelle partie de votre logement. Au contraire, si l’isolation du plancher bas est la seule rénovation de votre logement, vous n’avez pas besoin d’être conforme à la réglementation thermique. Il suffit de respecter la norme existante qui est appliquée depuis la construction.

Tout savoir sur la norme RT 2020

La norme RT 2020 succède aux RT 2012, RT 2005, RT 2000, RT 1988 et RT 1974. Elles sont toutes mises en place avec pour objectif de réduire la consommation énergétique des ménages français et des entreprises.

L’objectif principal de la RT 2020 est que toutes les nouvelles constructions doivent produire plus d’énergie qu’elles n’en consomment pour les bâtiments à énergie positive ou dépenser très peu d’énergie pour les maisons passives. Cette norme permet de se diriger vers la neutralité carbone qui devrait être atteinte d’ici 2050.

Pour citer un communiqué gouvernemental, la RT 2020 a pour objectif de « diminuer l’impact carbone des bâtiments, poursuivre l’amélioration de leur performance énergétique et en garantir la fraîcheur pendant les étés caniculaires ». En effet, les périodes caniculaires s’annoncent de plus en plus nombreuses et il faut donc prendre les mesures nécessaires pour lutter contre les températures élevées.

Afin de respecter la RT 2020 et consommer le moins d’énergie possible, il est vital d’avoir une isolation thermique efficace, qu’il s’agisse du plancher ou des combles, des systèmes thermiques performants et un apport naturel en luminosité pour réchauffer le logement.

Les différences entre

la norme RT 2020 et la RT 2012

La différence principale entre la norme RT 2020 et la RT 2012 concerne principalement la consommation des bâtiments. Tandis que la RT 2012 requiert une dépense énergétique maximale de 50 kWhep/(m².an) pour les bâtiments à basse consommation, la RT 2020 exige une dépense énergétique inférieure à 0 kWhep/(m².an) pour les bâtiments à énergie positive.

De plus, la réglementation thermique 2020 ne prend pas seulement en compte l’isolation thermique comme la norme de 2012, mais aussi l’empreinte environnementale et la production d’énergie.

Comment isoler le plancher bas ?

Le plancher bas peut être situé au-dessus d’un terre-plein, d’un vide sanitaire ou d’un sous-sol non chauffé accessible. Ainsi, la face inférieure du plancher bas de votre logement doit résister contre l’humidité et le froid alors que la face supérieure donne sur le logement chauffé et sec. Il existe deux méthodes pour isoler le plancher bas, à savoir l’isolation par le haut ou l’isolation par le sol.

Les méthodes d'isolation d'un plancher bas

L’isolation du plancher bas par le haut

L’isolation du plancher bas par le haut est fréquemment utilisée lorsqu’il s’agit de constructions neuves ou de rénovations de maisons récemment construites. Cette méthode consiste à poser un matériau isolant sur le plancher bas avant d’installer un revêtement. Cependant, il faut faire attention à l’humidité et à la moisissure qui pourraient déjà être présentes avant l’isolation.

L’isolation du plancher bas par le sol

À l’heure actuelle, l’isolation du plancher bas par le sol est la méthode la plus populaire. Le matériau isolant est placé sous la dalle, soit sur la face inférieure du plancher. L’isolant choisi doit s’adapter au plancher pour une meilleure isolation thermique. Il est donc possible d’avoir recours à un isolant souple si la surface n’est pas régulière ou à un isolant plus rigide si la surface est plane.

Chiffrez l'isolation de votre plancher bas, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

Quelles sont les caractéristiques des isolants du plancher bas ?

Dans le respect de la réglementation thermique 2012 ou 2020, le plancher bas doit être correctement isolé avec un matériau dont les caractéristiques lui confèrent des capacités spécifiques. Quand vous cherchez un isolant pour le plancher bas, il faut vérifier sa résistance thermique, sa conductivité thermique, son coefficient de déperdition thermique surfacique et son coefficient de déperdition thermique linéique.

La résistance thermique de l’isolant

La résistance thermique de l’isolant s’exprime en m².K/W. Plus un matériau offre d’excellentes capacités d’isolation, plus sa résistance thermique est élevée. Pour un plancher bas sur un terre-plein, la résistance thermique de l’isolant doit être comprise entre 2,4 et 4 m².K/W. Cependant, si le plancher bas est sur un vide sanitaire ou un local non chauffé accessible, la résistance thermique du matériau doit être encore plus élevée, entre 3,4 et 5 m².K/W.

La conductivité thermique de l’isolant

Au contraire de la résistance thermique, la conductivité thermique d’un matériau doit avoir une valeur plus faible pour démontrer une bonne isolation. En effet, plus le matériau est isolant, plus sa conductivité thermique est faible. Celle-ci sert à mesurer la capacité de l’isolant à laisser passer la chaleur.

Le coefficient de déperdition thermique surfacique de l’isolant

Le coefficient de déperdition thermique surfacique de l’isolant s’exprime en W/(m².K). Cette valeur sert à calculer les pertes de chaleur des ponts thermiques situés au niveau de l’isolation du plancher bas. Plus ce coefficient est faible, moins il y a de déperditions thermiques de l’isolant du plancher bas.

Le coefficient de déperdition thermique linéique de l’isolant

Le coefficient de déperdition thermique linéique de l’isolant se mesure en W/(ml.K). Contrairement au coefficient précédent, celui-ci est utilisé pour déterminer la perte de chaleur d’un pont thermique linéaire. Plus cette valeur est élevée, moins l’isolant du plancher bas est efficace.

Poursuivez votre lecture