A quel prix s'élève une pompe à chaleur air air ?

Une pompe à chaleur (PAC) air-air est un dispositif aérothermique performant pour chauffer, voire climatiser, votre intérieur en réduisant votre consommation énergétique. En captant la chaleur présente naturellement dans l’air extérieur, elle permet d’exploiter une source d’énergie gratuite et de baisser votre facture d’électricité. Même si elle est la moins chère des pompes à chaleurs, cette technologie a un cout : comptez en moyenne 4 000 euros, pose comprise. Notez qu'il est aussi possible de bénéficier de la prime énergie pompe à chaleur air air. Les écarts de prix sont importants suivant les dimensions de l’appareil, le nombre d’unités intérieures et la fonction de climatisation réversible, un atout indéniable de la PAC air-air. Intéressons-nous aux différents critères à prendre en compte pour définir plus précisément le prix de votre PAC air-air selon votre projet.

Financez votre pompe à chaleur air air avec la prime énergie

Les pompes à chaleur utilisent l’air, l’eau ou la terre pour chauffer votre habitation. C'est actuellement le système de chauffage le plus économique et écologique.

  • Jusqu’à 75 % d’économies sur votre facture d’énergie

  • Votre pompe à chaleur indemnisée jusqu’à 12 000 €

  • Une efficacité énergétique supérieure à 111 %

Instantané, gratuit et sans engagement.

Le prix de la technologie : comment ça marche ?

Composition et fonctionnement

Une PAC air-air est composée au minimum de deux unités : un module extérieur qui capte la chaleur de l’air extérieur, et un ou plusieurs modules intérieurs qui la restituent dans votre logement. L’air extérieur est ventilé dans un réseau de tuyaux où circule un fluide frigorigène. Celui-ci est beaucoup plus froid que l’air et se réchauffe au contact de celui-ci. Il passe à l’état gazeux et un compresseur augmente sa pression et sa température. Puis il se condense et transfère sa chaleur au système de chauffage aéraulique. L’air chaud est soufflé dans le logement grâce à des ventilo-convecteurs qui peuvent être fixés au mur, ou dans un système de gaines encastré dans les parois pour plus de discrétion. Une fois débarrassé de sa chaleur, le fluide retrouve son état liquide et reprend son cycle de captage.

En mode réversible, la PAC air-air capte la chaleur à l’intérieur du logement et la rejette à l’extérieur pour permettre une baisse de la température d’environ 6 °C en moyenne.

Les critères spécifiques à votre projet

  • L’installation intérieure : Le nombre de pièces destinées à recevoir un ventilo-convecteur est un critère important dans l’évaluation du prix de votre installation. Suivant le niveau de technologie, chaque unité peut être réglée indépendamment des autres pour adapter la chaleur et la fraicheur aux besoins spécifiques de la pièce. De 1 200 euros pour une PAC murale d’entrée de gamme, on atteint rapidement 2 500 euros minimum pour une PAC air-air gainable. La complexité de l’installation impacte indéniablement le prix.

  • Monosplit ou multisplit : une PAC monosplit relie une seule unité au groupe extérieur et est en moyenne moins puissante, car elle ne vise à chauffer ou rafraichir qu’une seule pièce. Une PAC air-air multisplit présente plusieurs modules intérieurs et une puissance plus importante pour couvrir les besoins de plusieurs pièces. De 1 500 euros en moyenne pour une PAC air-air monosplit d’entrée de gamme, on passe rapidement à 2 300 euros pour les premiers prix des PAC air-air multisplit. Le prix augmente au fur et à mesure du nombre de pièces à aménager et avec la puissance requise.

  • Le prix du confort : plus vous montez en gamme et en option, plus le prix augmente. Les appareils les plus sophistiqués offrent un fonctionnement particulièrement silencieux qui permet un réel confort d’utilisation, surtout dans les chambres à coucher. L’automatisation des modules participe aussi à augmenter le prix.

Chiffrez votre pompe à chaleur, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

Le coût réel

Des économies d’énergie et sur votre facture

En moyenne une PAC air-air peut réduire par 3 votre facture énergétique. Pour connaitre les performances de l’appareil, référez-vous au COP (Coefficient de Performance). Il indique la quantité de chaleur que vous pouvez obtenir grâce à une unité d’électricité. Ainsi, un COP de 3 signifie que pour une unité d’électricité, vous obtenez trois fois plus d’électricité qu’avec un chauffage électrique classique.

Un entretien peu coûteux pour un appareil durable

Au-delà de 12 kW, l’entretien annuel est obligatoire et doit être réalisé par un technicien spécialisé. Vous pouvez opter pour un abonnement auprès de votre poseur. En moyenne, les forfaits d’entretien commencent à 100 euros par an. Grâce aux économies d’électricité réalisées, aux CEE et à la longévité de l’appareil, on estime que l’investissement de départ est amorti dès 6 ou 7 ans d’utilisation selon la puissance et le modèle de l’appareil.

Les Certificats d'économies d'énergie ou CEE

La pompe à chaleur air-air n’est pas le type de pompe à chaleur le plus performant. Aussi, elle ne bénéficie pas de MaPrimeRénov’ au même titre qu’une PAC air-eau ou une PAC géothermique. Cependant, les fournisseurs d’énergie sont tenus de participer à la transition énergétique. Pour encourager les ménages à investir dans des technologies performantes telles que les PAC, ils proposent des CEE selon plusieurs critères tels que le COP de l’appareil ou vos revenus fiscaux. La PAC air-air fait partie des technologies performantes concernées par ces CEE. Chaque fournisseur a sa propre offre. N’hésitez pas à les démarcher et à comparer celle qui est la plus avantageuse par rapport à votre projet. Par exemple, un foyer aux revenus très modestes peut obtenir 900 euros d’aides pour une PAC air-air et un foyer aux revenus intermédiaires 450 euros en moyenne. Pour obtenir cette aide, votre PAC air-air doit obligatoirement être posée par un artisan RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Poursuivez votre lecture