Que pensent les clients de la pompe à chaleur air air ? Leurs avis...

La pompe à chaleur aérothermique fait partie des technologies de chauffage écologique et économique encouragées par l’État. En transformant les calories naturellement présentes dans l’air en énergie pour chauffer l’intérieur d’un logement, elle réduit drastiquement le recours à l’électricité et le montant de la facture énergétique. Une pompe à chaleur (PAC) air-air peut chauffer et même climatiser votre logement avec une installation relativement simple et un prix d’achat moyen de 4 000 euros. Sachant également que ce prix peut être réduit avec la prime énergie pompe à chaleur air air. Elle permet aussi, dans des conditions de fonctionnement optimal, de réduire votre facture d’électricité par 3 ! Comment savoir si ce dispositif tient ses promesses de performances écologiques et économiques ? Faisons le tour des retours clients pour confirmer la satisfaction générale qu’offre la PAC air-air, mais aussi mettre en lumière les quelques inconvénients récurrents.

Financez votre pompe à chaleur air air avec la prime énergie

Les pompes à chaleur utilisent l’air, l’eau ou la terre pour chauffer votre habitation. C'est actuellement le système de chauffage le plus économique et écologique.

  • Jusqu’à 75 % d’économies sur votre facture d’énergie

  • Votre pompe à chaleur indemnisée jusqu’à 12 000 €

  • Une efficacité énergétique supérieure à 111 %

Instantané, gratuit et sans engagement.

De multiples qualités indiscutables

Une chaleur écologique grâce à un recours réduit à l’électricité

Le fonctionnement d’une PAC air-air repose sur le captage de la chaleur de l’air extérieur et son transfert dans votre logement. Il y a toujours une unité extérieure et une ou plusieurs unités intérieures. L’air est aspiré dans un réseau de tubes parcourus par un liquide frigorigène. Celui-ci se réchauffe et passe à l’état gazeux. Il est comprimé, ce qui augmente à nouveau sa chaleur. Celle-ci est alors transférée dans le réseau de chauffage et soufflée dans l’air intérieur par des ventilo-convecteurs généralement fixés au mur ou encastrés dans les parois.

Le recours à l’électricité est particulièrement réduit et limité au simple fonctionnement de l’installation, pas à la production même de chaleur. Néanmoins, un système de chauffage d’appoint doit être prévu pour prendre le relais lorsque les bonnes conditions de fonctionnement de la PAC air-air ne sont pas assurées, principalement suivant l’écart avec les températures extérieures.

Un fonctionnement performant et économique

En exploitant les calories gratuites de l’air et en développant leur chaleur grâce à des principes physiques, une PAC air-air peut réduire vos factures énergétiques de 70 %. En effet, pour le même confort thermique, vous utilisez 3 fois moins d’électricité avec un PAC air-air qu’avec un chauffage traditionnel.

Pour connaître le rendement de l’appareil, référez-vous au COP indiqué. Le Coefficient de Performances vous renseigne sur les performances maximales de l’appareil dans des conditions optimales de fonctionnement. Un COP de 3 est le COP généralement proposé sur les PAC air-air performantes. Il signifie que pour une unité d’électricité consommée, vous obtenez trois fois plus de chaleur. L’impact environnemental de votre logement dû à la consommation énergétique est considérablement réduit et votre facture d’électricité baisse en conséquence.

Des aides financières qui soulagent

Moins performante que la PAC air-eau qui a l’atout de pouvoir fournir également l’eau chaude sanitaire, la pompe à chaleur air-air donne néanmoins accès à une aide au financement. L’investissement de départ est allégé grâce aux certificats d’économies d’énergie. Ces chèques sont proposés par les fournisseurs d’énergie qui sont tenus légalement de soutenir la transition énergétique et d’encourager les consommateurs à adopter des technologies moins polluantes. Selon vos revenus fiscaux, vous pouvez espérer en moyenne entre 400 euros et 900 euros suivant le fournisseur, le COP et plusieurs autres critères. N’hésitez pas à démarcher les entreprises localement et comparer les offres pour sélectionner la plus avantageuse.

L’installation doit obligatoirement être assurée par un artisan RGE. En ajoutant les économies réalisées sur votre consommation d’électricité, vous réalisez un investissement très avantageux.

Chiffrez votre pompe à chaleur, estimez vos aides

Instantané, gratuit et sans engagement

Quelques inconvénients et points d’insatisfaction récurrents

Thermiques et sanitaires

Ce dispositif provoque des déplacements d’air qui peuvent générer de l’inconfort. Il est fortement conseillé de placer les ventilo-convecteurs en hauteur, par exemple au-dessus d’une porte. Les inconvénients sanitaires sont liés au principe même de climatisation. En effet, un écart important de température entre l’extérieur et l’intérieur peut avoir des effets néfastes sur la santé. Veillez à réguler la climatisation sans excès.

Sonores

Le fonctionnement de la PAC air-air peut entrainer des nuisances sonores, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Pour éviter des problèmes de voisinage ou des vibrations incommodantes derrière les murs, veillez à prendre en compte les distances entre les logements ainsi que l’emplacement des chambres à coucher. Pour l’installation intérieure, un système gainable est moins bruyant que les consoles fixées au mur, mais il chauffe plus lentement.

Une dépendance aux températures extérieures largement sous-estimée

Le COP est une mesure qui peut se révéler trompeuse. En effet, ce coefficient est calculé par le constructeur dans des conditions spécifiques qui ne sont pas représentatives des changements climatiques dus aux saisons. Compte tenu des propriétés physiques du fluide frigorigène, le fonctionnement est d’autant plus performant que l’écart entre la température extérieure et la température intérieure est réduit. Ce qui peut être source de déception quand les besoins en chauffage ont principalement lieu en hiver avec des températures négatives.

Pour y remédier, il est désormais obligatoire d’afficher le SCOP de l’appareil, c’est-à-dire son coefficient de performance saisonnier. Vous êtes ainsi mieux informés sur la capacité de l’installation à répondre à vos besoins en chauffage selon votre situation géographique.

Poursuivez votre lecture