Vous pouvez bénéficier d’aides pour financer vos travaux de rénovation.
Illustration article

Quelle est l'efficacité d'un chauffage par aérothermie ?

5 min de lecture

Les pompes à chaleur aérothermiques possèdent souvent un coefficient de performance énergétique (COP) supérieur ou égal à 3. Cela signifie que pour 1 kW d’énergie électrique consommée, la pompe à chaleur produit 3 kW d’énergie thermique. Selon l’ADEME, la consommation annuelle en électricité d’une pompe à chaleur air-air est estimée (en moyenne) à 51 kWh/m²/an.

Efficacité d’un chauffage par aérothermie

L’aérothermie est un mode de chauffage qui utilise les calories naturellement présentes dans l’air extérieur pour venir chauffer l’air ambiant ou un réseau d’eau qui alimente votre chauffage. Une pompe à chaleur aérothermique s’oppose ainsi dans son fonctionnement au principe de la géothermie qui capte les calories présentes sous terre pour alimenter un système de chauffage.

L’aérothermie peut fonctionner avec une pompe à chaleur air-air ou air-eau.

Efficacité du chauffage avec pompe à chaleur air-air

Le coefficient de performance (COP), qui indique l’efficacité d’un système de chauffage, est élevé lorsque l’on parle des installations aérothermiques air/air. Le COP d'une pompe à chaleur (PAC) air-air se situe le plus souvent autour de 3.

Efficacité du chauffage avec pompe à chaleur air-eau

Pour une pompe à chaleur air-eau, le coefficient de performance énergétique est souvent voisin des modèles air-air, c’est-à-dire fixé à 3 voire 4.

L’influence de la zone géographique sur l’efficacité d’une PAC aérothermique

Il est important de savoir qu’une PAC aérothermique est sensible au froid. Comparativement à un modèle de PAC géothermique ou hydrothermique, la PAC aérothermique va puiser ses calories dans l’air qui, lorsqu’il est froid, viendra réduire le rendement du système… tout en augmentant la consommation énergétique. La pompe à chaleur va devoir fournir un effort supplémentaire pour extraire les calories de l’air froid et transformer le tout en chaleur. L’efficacité du chauffage par géothermie est ainsi bien meilleure dans les zones froides, cette technologie n’étant pas impactée par les températures fraîches ou négatives.

Si le coefficient de performance énergétique est un élément important à prendre en compte, il ne suffit pas à calculer le rendement énergétique réel. Celui-ci dépend énormément de la température extérieure. En effet, selon que l’air prélevé soit chaud ou froid, l’efficacité du chauffage par aérothermie va varier.

Pour le dire simplement, une pompe à chaleur aérothermique équivalente peut être suffisante avec un climat modéré (par exemple dans le Var) mais ne pas suffire à la même période de l’année dans le Grand Est. Voilà pourquoi il faut aussi prendre en compte le COP saisonnier (SCOP). Celui-ci tient compte des variations des températures saisonnières, de la consommation propre à la PAC, sans oublier les pertes propres au circuit de distribution. Des mesures sont effectuées avec des températures extérieures de 12°, 7°, 2° et -7° C. Cela permet une évaluation de l’efficacité bien plus complète.

Il existe aujourd’hui sur le marché des pompes à chaleur aérothermiques qui peuvent assurer la production de chaleur et d’eau chaude sanitaire jusqu’à un certain niveau de température négative.

Plusieurs fabricants garantissent par exemple des performances optimales est une excellente efficacité même en atteignant -7°, -15° ou -20° C. Attention toutefois à une limite. Plus une PAC aérothermique est capable de maintenir une efficacité énergétique élevée même par grand froid et plus son prix sera élevé.

Financez vos travaux de rénovation grâce aux aides de l’Etat !
La prime CEE et MaPrimeRénov’ vous permettent de financer jusqu’à 80 % du montant de vos travaux. Estimez vos primes en moins de trois minutes !